Rencontre de deux énormes tenthrèdes

Connaissez-vous les tenthrèdes?

Ceux qui possèdent des fleurs et arbustes ornementaux répondront sans doute oui à cette question!

Outre les tenthrèdes des rosiers, qui sont sans doute parmi les plus connues à cause des dégâts qu’elles occasionnent sur lesdits rosiers, on retrouve au Québec la tenthrède de l’orme (Cimbex americana), une très grosse tenthrède dont j’avais parlé en 2015 dans cette chronique.

Vue dorsale d'une femelle tenthrède de l'orme où l'on perçoit le rond blanc caractéristique de cette espèce.
La femelle tenthrède de l’orme (C. americana); le rond blanc central est typique de cette espèce

À ce moment, je n’avais que des photographies de la larve à vous présenter. Il aura fallu cinq années pour que je tombe sur un adulte – une belle grosse femelle possiblement tout fraîchement émergée. Cette dernière était affairée à lisser sans cesse ses ailes et se déplaçait très lentement, sans voler. C’est ce qui me fit soupçonner qu’elle s’était métamorphosée depuis peu.

Femelle tenthrède de l’orme, vue de près

L’adulte de la tenthrède de l’orme est facile à identifier à cause du rond blanc bien visible à la jointure entre le thorax et l’abdomen. Pour ce qui est du sexe, l’abdomen de la femelle est doté de bandes jaunâtres généralement bien visibles (quoiqu’elles soient parfois tronquées), alors que celui du mâle est plus sombre et uni (allant du noir au brun-roux).

Pas plus tard que le lendemain de cette première rencontre, quelle ne fut pas ma chance de tomber sur deux autres individus, également très gros, mais d’allure un peu différente! Je me demandais initialement s’il pouvait s’agir de mâles de la tenthrède de l’orme, mais j’étais dubitative quant à l’absence de la tache blanche caractéristique de cette espèce. De plus, les arthropodes étaient dotés d’antennes entièrement noires, alors que la femelle que j’avais vue la veille arborait des antennes orangées.

Tenthrède à face blanche/tenthrède à tête jaune du saule (T. triangulum)

En fouillant dans mes livres et sur Internet, j’identifiai mes deux inconnus. Il s’agissait d’une toute nouvelle observation pour moi, des tenthrèdes qui possèdent un nom français variable selon les sources : tenthrède à face blanche ou tenthrède à tête jaune du saule (Trichiosoma triangulum). Le premier nom serait attribuable aux nombreux poils blancs qui recouvrent la tête et le thorax des adultes. Le second viendrait de la couleur de la tête de la larve.

T. triangulum. Notez l’absence d’une tache blanche contrairement à la tenthrède de l’orme.

Les deux individus étaient affairés à se pourchasser, protégeant chacun jalousement une talle de cornouiller. C’est en examinant les photographies de face de ces spécimens que je fus particulièrement étonnée : les mandibules étaient fort impressionnantes! Et elles appuyaient ce que j’avais lu dans plusieurs ouvrages au sujet des tenthrèdes de la famille Cimbicidae (celle comprenant la tenthrède de l’orme et celle à face blanche/tête jaune) : ces dernières ont du mordant! Bien qu’elles ne piquent pas, elles peuvent pincer à l’aide de leurs mandibules. Attention aux doigts inquisiteurs!

J’avais déjà parlé des sources de nourriture des larves de la tenthrède de l’orme, qui ne se limitent pas aux ormes. Pour ce qui est de la tenthrède à face blanche/tête jaune, la larve aurait elle aussi une diète variée et se nourrirait notamment des feuilles d’aulnes, de bouleaux, de frênes, de saules et de peupliers.

T. triangulum : grandes, ces mandibules!

La larve ressemble passablement à celle de la tenthrède de l’orme, hormis le fait qu’elle n’est pas flanquée d’une ligne noire médiane marquée. Lors d’une randonnée à la fin du mois d’août l’an dernier, j’avais pris en photo une larve qui correspondait à cette description. Verdâtre, la tête jaune et sans ligne médiane très visible. Nous étions en forêt, dans l’ombre, et les photos prises n’étaient pas d’une qualité exceptionnelle, mais je vous les offre tout de même dans le cadre de cette chronique. Vous pourrez les comparer à ce cliché d’une larve de tenthrède de l’orme. Au moment de la rédaction du présent billet, je ne peux vous confirmer avec certitude s’il s’agit d’une larve de T. triangulum. Je suis ouverte à vos conseils en matière d’identification si vous en avez!

De même, je ne suis pas parvenue à trouver de précisions quant aux différences entre les mâles et les femelles de cette espèce. Se ressemble-t-ils tous?

Possiblement une larve de T. triangulum?

En outre, je commençai mon mois de juin en photographiant pour la première fois deux espèces différentes de nos plus grosses tenthrèdes québécoises. Depuis, j’ai vu à nouveau deux autres femelles de la tenthrède de l’orme, cette fois-ci nettement plus actives et occupées à butiner dans des fleurs sauvages. Il m’en reste néanmoins beaucoup à apprendre sur ces fascinantes créatures. Le reste de l’été sera-t-il à la hauteur de ces premières rencontres? C’est à suivre!

Vidéo 1. Capsule animée qui résume quelques observations effectuées sur une femelle tenthrède de l’orme.

Pour en savoir plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s