Concours amical de photographie 2019 : À vous de voter!

La période de soumission des photos pour le 7e concours amical a maintenant pris fin et c’est l’heure de passer au vote! Nous battons des records cette année avec 43 photographies provenant de partout à travers la province, incluant quelques espèces retrouvées au Québec mais photographiées au Nouveau-Brunswick! Ces dernières se disputeront la première place sur le podium afin de remporter le prix : une chronique mettant en vedette la photographie gagnante!

Les clichés en lice sont classés par ordre alphabétique d’ordre d’invertébrés (de Araneae à Orthoptera) et sont numérotés en conséquence.

Retenez bien ce numéro, car c’est à vous, chers lecteurs, qu’incombe l’ingrate tâche de trancher pour votre photo « coup de cœur »! Que ce soit pour l’aspect artistique de la photographie, pour son caractère inusité ou encore parce que vous avez un faible pour l’invertébré mis en vedette, laissez libre cours à votre cœur!

Chaque personne a droit à un vote. Si vous avez soumis une photographie au concours, vous avez également droit de vote – pourquoi pas, puisqu’il s’agit d’un concours amical! La façon de procéder est la même que lors des précédentes éditions : vous devez remplir le questionnaire de vote « Google Forms » en cliquant sur ce lien : Vote 7e concours de photographie DocBébitte.

C’est maintenant à votre tour de jouer! Il ne vous reste plus qu’à admirer les photographies ci-dessous et à me transmettre votre vote. Vous avez jusqu’au vendredi 27 septembre pour voter. Bonne chance à tous!

Cliquez sur les photographies pour les afficher en version « plein écran ». N’oubliez pas d’appuyer sur la flèche « retour arrière » pour revenir sur le site DocBébitte! Notez que l’identification au genre et à l’espèce de plusieurs individus a été fournie par le photographe.

7e concours amical – Photographies en candidature
#1. Ève Parent. Araignée sauteuse, Saint-Hubert, Qc.

EParent_1

#2. Ève Parent. Araignée sauteuse, Saint-Hubert, Qc.

EParent_2

#3. Ève Parent. Araignée sauteuse, Saint-Hubert, Qc.

EParent_3

#4. France St-Aubin. Coccinelle asiatique, Franklin, Qc.

FStAubin_1

#5. Dominique Aumais. Lampyride, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

DAumais_3

#6. Dominique Aumais. Longicorne noir, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

DAumais_2

#7. Nadine Ferron. Longicorne noir, Pokemouche, N-B.

NFerron_3

#8. Dominique Aumais. Scarabées japonais en accouplement, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

DAumais_1

#9. Luc Pouliot. Bombyle (Sparnopolius confusus), Ste-Thérèse, Qc.

LucPouliot_2

#10. Luc Pouliot. Lucile soyeuse (Lucilia sericata), Ste-Thérèse, Qc.

LucPouliot_3

#11. Régent Lehouillier. Mouche sur Solidago sp., Ste-Claire, Qc.

RLehouillier_3

#12 Régent Lehouillier. Tipules en accouplement, Ste-Claire, Qc.

RLehouillier_1

#13. France St-Aubin. Cigale caniculaire, Fraklin, Qc.

FStAubin_2

#14. Stéphane Dumont. Cigale caniculaire, Montréal, Qc.

SDumont_1

#15. Pierre Robert. Punaise (Podisus sp.) et sa proie, Ormstown, Qc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

#16. Micheline Roberge. Punaise assassine et sa proie, Maskinongé, Qc.

MRoberge_1

#17. Micheline Roberge. Punaise assassine et sa proie, Maskinongé, Qc.

MRoberge_2

#18. Mario Mathieu. Festin de sangsues sur une tortue, Ayer’s Cliff, Qc.

MMathieu_1

#19. Alexandre Roy. Abeille sur chardon, Neuville, Qc.

ARoy_1

#20. Régent Lehouillier. Abeille sur Solidago sp., Ste-Claire, Qc.

RLehouillier_2

#21. Luc Pouliot. Agapostemon virescens qui butine, Ste-Thérèse, Qc.

LucPouliot_1

#22. Lise Lauzon. Fourmi au travail, Pierrefonds, Qc.

LLauzon_1

#23. Céline Benoit Anderson. Guêpe potière transportant une araignée, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

CBenoit_2

#24. Sylvie Benoit. Argynne de l’Atlantique, Mont-Tremblant, Qc.

SBenoit_1

#25. Céline Benoit Anderson. Chenille de l’arctiide de l’asclépiade, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

CBenoit_3

#26. Anthony Prince. Chenille de l’espèce Acronicta insularis, Verchères, Qc.

APrince_1

#27. Alexandre Roy. Chenille de l’espèce Acronicta retardata, Saint-Robert-Bellarmin, Qc.

ARoy_3

#28. Nadine Ferron. Chenille du diacrisie de Virginie, Pokemouche, N-B.

NFerron_1

#29. Katerine Cardin. Chenille du monarque, La Tuque, Qc.

KCardin_2

#30. Céline Benoit Anderson. Chenille du papillon du céleri, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

CBenoit_1

#31. Sylvie Benoit. Festin de papillons amirals, Mont-Tremblant, Qc.

SBenoit_2

#32. Lucie Dubé. Papillon belle-dame, Sept-Îles, Qc.

LDube_1

#33. Sylvie Benoit. Papillon tigré du Canada, Mont-Tremblant, Qc.

SBenoit_3

#34. Serge Massicotte. Papillons belles-dames, St-Gérard-des-Laurentides, Qc.

SMassicotte_1

#35. Alexandre Roy. Satyre, Sainte-Anne-des-Monts, Qc.

ARoy_2

#36. Philippe Grenier Darveau. Vice-roi, Sherbrooke, Qc.

Le Vice-roi (Limentis archippus) #4523

#37. Jonathan Aumais. Mante religieuse, Salaberry-de-Valleyfield, Qc.

JAumais_1

#38. Philippe Grenier Darveau. Aeschne du Canada, Sherbrooke, Qc.

Aeschne du Canada mâle (Aeshna canadensis)

#39. Philippe Grenier Darveau. Agrion résolu, Sherbrooke, Qc.

PGrenierDarveau_1

#40. Katerine Cardin. Demoiselle bleue, La Tuque, Qc.

KCardin_1

#41. Katerine Cardin. Libellule Aeshnidae, La Tuque, Qc.

KCardin_3

#42. Micheline Roberge. Sympétrum tardif femelle, Maskinongé, Qc.

MRoberge_3

#43. Nadine Ferron, Criquet sur hostas , Qc.

NFerron_2

Un ver à plat!

Aviez-vous deviné quel invertébré se cachait sur la photo diffusée lors de la chronique devinette du 26 juillet dernier? Si vous avez donné votre langue au chat, c’est tout à fait normal. Il s’agit en fait d’un membre appartenant à un groupe d’invertébrés peu connu par la population en général : un ver plat, aussi nommé ver planaire ou turbellarié (Embranchement Plathelminthes; Classe Turbellaria).

Turbellaria
L’étrange ver plat (environ 10 mm)

Les vers plats retrouvés en eaux douces se déplacent librement, contrairement à la plupart des autres membres de cet embranchement qui constituent des parasites internes de faible intérêt pour les limnologistes. Cela dit, sur les quelque 200 espèces de planaires d’eau douce d’Amérique du Nord, plus de la moitié mesurent moins de 1 mm et ne se voient pas à l’œil nu. Certains individus (appartenant typiquement à l’ordre Tricladida) peuvent mesurer autant que 30 mm, mais les espèces les plus communes feraient entre 5 à 20 mm. D’ailleurs, au fil de mes lectures, je réalise que les renseignements que je collige sur les vers plats tendent à faire davantage référence aux membres d’un ordre en particulier, soit celui le plus souvent observé : Tricladida (les triclades). Ce n’était pas nécessairement clairement indiqué dans toutes mes sources et c’est sur le tard que j’ai fait cette découverte. Vous en serez donc avertis pour ce qui suit ci-dessous!

Les spécimens d’eau douce se reconnaissent facilement, une fois que vous les avez aperçus (si vous ne les prenez pas pour des débris, bien sûr)! Ils possèdent un corps allongé ressemblant à celui d’un ver, mais qui s’avère non segmenté et lisse, contrairement aux sangsues et aux vers aquatiques (oligochètes). Leur corps plat permet aussi de les distinguer des autres invertébrés non segmentés comme les nématodes et nématomorphes ou encore les némertes (voir notamment Moisan 2010).

Devinette_2019-07-26
Sur cette photo, on pourrait le prendre pour un débris

Autre critère à surveiller : le corps se resserre vers la tête, faisant en sorte que cette dernière ressemble un peu à une pointe de flèche. On y voit fréquemment deux petits yeux situés sur le dessus. Par contre, selon la position prise par l’individu, on ne peut pas toujours bien voir ces éléments (comme en témoigne la vidéo 2 ci-dessous où la tête se distingue moins bien). La face dorsale est couramment mouchetée ou lignée dans les tons de gris, brun ou noir, question de se fondre au milieu, alors que la face ventrale est généralement claire et unie.

Fait particulier, les vers plats possèdent souvent un orifice ventral d’où sort le pharynx. C’est comme si un tube sortait du centre de l’abdomen de ces organismes, tel un cordon ombilical. Cet organe sert tant pour l’ingestion de nourriture que pour l’évacuation de cette dernière; il joue le rôle de bouche et d’anus simultanément (oui, oui, vous avez bien lu!).

Dans ce contexte, que mangent-ils et comment le font-ils? Habituellement, les planaires s’avèrent être des prédateurs d’autres invertébrés; chez les triclades, les références consultées citent les isopodes, les oligochètes, le zooplancton, de même que plusieurs larves d’insectes (diptères, trichoptères et éphémères). Comme ils ne possèdent pas de dents ou d’enzymes digestives, ils vont souvent se positionner au-dessus d’une proie, puis utiliser leur tube digestif pour aspirer l’organisme… entier ou en morceaux (qu’il s’agisse de solides ou de fluides)! Certains peuvent sécréter des neurotoxines afin d’immobiliser leur proie et de faciliter la tâche d’ingestion. De plus, tous les vers planaires sont connus comme étant des charognards à leurs heures. Aussi, plusieurs produisent un fil ou une masse de mucus collant auquel se collent divers organismes aquatiques (bactéries, algues, protozoaires). Ils roulent ensuite le mucus en une boule qu’ils ingèrent. Enfin, quelques-uns « broutent » les algues qui poussent en périphérie des roches où ils s’abritent.

Par ailleurs, ces vers possèdent également la surprenante habileté de régénérer leurs tissus lorsqu’ils sont coupés en deux. Qui plus est, selon Wikipédia, les yeux et le cerveau peuvent être rapidement régénérés lorsque la tête de l’animal est coupée! Il semble que nos vers soient pratiquement indestructibles à cet effet!

C’est sans doute cette caractéristique qui permet aux planaires de se reproduire entre autres par scissiparité – un mécanisme qui génère des clones par la division d’un individu. Les planaires sont hermaphrodites et possèdent donc à la fois des organes mâles et femelles. Voshell (2002) précise que les vers plats ont opté pour différentes stratégies selon l’espèce, mais aussi selon les conditions environnementales. Ainsi, on peut voir certaines espèces se reproduire sexuellement ou asexuellement, notamment en fonction de la saison. Toutes les stratégies sont bonnes!

Plathelminthes_2019
Individu plus petit (environ 3 mm)

Beaucoup de membres de ce groupe sont rencontrés dans les zones peu profondes de milieux calmes et à courant faible comme les lacs, les étangs et certains cours d’eau. Bien que la plupart des individus préfèrent les eaux peu profondes, certains peuplent le fond des lacs profonds (environ 100 mètres de profondeur). La majorité des planaires se retrouvent préférentiellement sur des substrats solides comme des cailloux et des roches. De même, certaines espèces peuvent s’apercevoir sur des plantes et des détritus variés ou à la surface de sédiments plus fins. Bon nombre d’entre eux sont photosensibles. Cela signifie qu’ils tendent à fuir la lumière et à se retrouver sous des objets (roches, par exemple) en plein jour.

Les vers plats se déplacent lentement en sécrétant une fine couche de mucus sur le substrat, puis en utilisant de très petits poils couvrant leur corps pour s’y glisser. Certains taxons peuvent aussi générer des contractions allant de l’avant à l’arrière de leur corps, telles des vagues, afin de se mouvoir.

Ma chronique ne serait pas complète si je ne parlais pas de l’utilité de ces organismes dans l’étude de la santé des milieux aquatiques. Ce qu’il faut savoir, c’est que les taxons de planaires les plus communs sont généralement tolérants à la pollution, quoique cela puisse varier selon l’espèce. À cet effet, Voshell (2002) suggère qu’une abondance disproportionnée de ces invertébrés dans un milieu donné est un témoin de pollution par la matière organique ou les nutriments.

Si vous farfouillez sur Internet, vous verrez que la classe Turbellaria comprend également des vers plats d’eaux marines. Ces derniers tendent à être plus gros et sont nettement plus colorés que ceux observés en eaux douces. Par ailleurs, comme je l’ai mentionné plus tôt dans cette chronique, les descriptions retrouvées dans la littérature portaient majoritairement sur l’ordre de vers plats le plus souvent rencontré (Tricladida). Thorp et Covich (2001) couvrent cependant beaucoup plus d’individus de ce grand groupe de vers… certains n’étant pas plats du tout!

Bref, si le sujet vous intrigue davantage, vous pourrez jeter un coup d’œil aux sources citées plus bas. Bonne lecture!

Vidéo 1. Étrange vers planaire observé en 2018, accompagné de quelques mites d’eau en déplacement.

Vidéo 2. Même ver planaire vu de plus près.

Vidéo 3. Ver planaire beaucoup plus petit (environ 3 mm de long) observé à l’été 2019.

Pour en savoir plus

 

DocBébitte en bref : voraces mouches noires!

Avant de publier le prochain billet DocBébitte déjà prévu à la programmation, je voulais vous relater un événement qui vient de se produire!

Lorsque je travaille sur mon blogue, je suis toujours curieuse de voir quelles sont les chroniques qui s’avèrent les plus consultées. Depuis quelques semaines, la chronique « Petites mouches, grosses piqûres » figure en tête de palmarès. Il faut croire que les attaques répétées de mouches piqueuses à ce temps-ci de l’année font bien des victimes!

Cela dit, j’ai eu le plaisir hier d’aller faire une sympathique randonnée à la Vallée du parc de la Jacques-Cartier. Bien que l’événement en tant que tel fut fort agréable, nous fûmes néanmoins assaillis par des hordes d’insectes piqueurs : mouches noires (Simuliidae), maringouins (Culicidae) et mouches à chevreuil (Tabanidae). Le verdict final? Mouches noires : 1, DocBébitte : 0!

Piqure_Simuliidae_Jour1-2
Piqûres de simulie près de l’œil, hier et aujourd’hui

Dans la chronique susmentionnée, j’avais parlé de ma réaction allergique assez forte à la piqûre de ces bêtes – surtout les mouches noires. Lors de ma randonnée d’hier, je fus piquée au visage, notamment au-dessus d’un œil. L’intensité de ma réaction – d’ailleurs toujours très présente aujourd’hui – me donne envie de vous partager cette dernière à l’aide de quelques photographies. Le contour supérieur de mon œil situé près de la piqûre est en effet très enflé. On dirait presque un œil au beurre noir!

Une piqûre sur le bras que j’ai documentée hier, alors que la mouche était en train de se gaver de mon sang, et quelques autres au cou et aux oreilles s’avèrent presque aussi spectaculaires!

Ce ne sont pas tous les gens qui réagissent de façon égale aux insectes piqueurs. Si le cœur vous en dit, je vous invite à partager vos expériences en vous joignant à la Page Facebook DocBébitte (vous pourrez même y ajouter vos photos!) ou encore en écrivant dans la section « Commentaires » de la présente chronique.

Piqure_Simuliidae_Jour1-2_Bras
Piqûre de simulie sur le bras, hier et aujourd’hui

Capsule-devinette : débris ou non, là est la question!

Quand on est entomologiste dans l’âme, on s’habitue à repérer des invertébrés au travers de débris de toutes sortes. L’invertébré-mystère de cette semaine pourrait en effet passer pour un résidu végétal quelconque, si ce n’était du fait qu’il rampe et bouge!

De qui s’agit-il?

Pour répondre à cette question, joignez-vous à la Page Facebook DocBébitte (pour plus d’interactions avec les autres lecteurs!) ou encore inscrivez votre réponse dans la section « Commentaires » de la présente chronique. La réponse vous sera dévoilée lors de la prochaine publication DocBébitte!

Devinette_2019-07-26
Quelle bête se cache derrière ce qui semble être un débris?

Une chenille loin d’être disparate!

Lymantia dispar_4
La chenille du bombyx disparate (Lymantria dispar)

Vous avais-je déjà dit que j’aime les chenilles? Ces sympathiques bêtes rampantes se laissent généralement observer et manipuler à souhait; elles s’avèrent de bons modèles pour une photographe amateure d’insectes comme moi!

Image (1) Lymantia-dispar.jpg for post 2405
Elle ressemble à un cactus!

Leur robe porte également des couleurs souvent variées et est ornée, à l’occasion, de poils et d’épines impressionnantes. C’est le cas de l’insecte mis en vedette cette semaine : la chenille du bombyx disparate (Lymantria dispar). Aussi appelée spongieuse, cette chenille arbore une tête bigarrée et un corps grisâtre surmonté d’excroissances bleues et rouges, lesquelles possèdent des épines d’allure peu invitantes. Les premiers stades ne présentent pas ces caractéristiques, mais on peut reconnaître néanmoins l’espèce à la présence de protubérances ressemblant à des verrues sur chaque côté du premier segment thoracique (immédiatement derrière la tête).

Les poils qui caractérisent notre jolie chenille possèdent des propriétés urticantes. J’en ai parlé dans cette précédente chronique. Pour ma part, j’ai manipulé un grand nombre d’individus et je n’ai pas démontré de réaction. Malgré tout, je vous conseillerais de les manipuler avec soin; certaines personnes s’avèrent plus sensibles que d’autres!

La chenille de la spongieuse peut mesurer quelque six centimètres de long. Il s’agit d’une chenille de taille fort appréciable! Cela dit, notre arthropode ne fait pas la fine bouche et son menu comporterait plus de 500 espèces végétales. Selon Hébert et al. (2017), elle démontrerait tout de même un petit faible pour les feuilles des chênes et des peupliers. Vorace, comme toute chenille digne de ce nom, elle est susceptible de générer d’importants dommages. Elle est d’ailleurs considérée comme une peste notoire.

Lymantria dispar parasité 2019_2
Les poils de cette chenille peuvent être urticants

Lorsque la chenille se métamorphose en papillon, la femelle, plus pâle (cette photo tirée de Bug Guide), est trop lourde pour prendre son envol. Elle doit donc attendre l’arrivée de son prince charmant, un mâle plus petit et vêtu d’une robe plus sombre parcourue de lignes ondulées (ce cliché). Une fois la copulation achevée, la femelle dépose ses œufs sur le tronc d’un arbre ou tout autre support à sa disposition (branches jonchant le sol, par exemple). Elle recouvre sa masse d’œufs des poils de son abdomen, ce qui lui donne l’apparence d’une sorte d’éponge… qui est à l’origine du nom commun de cette espèce « la spongieuse »! Les rejetons demeureront bien confortables dans l’œuf pour traverser les rigueurs de l’hiver. Ce n’est qu’une fois le printemps venu que l’éclosion se produit.

Le bombyx disparate aurait été introduit en Amérique du Nord près de Boston entre 1868 et 1869. C’est un naturaliste français qui en serait responsable; ce dernier cherchait à croiser ce bombyx avec le ver à soie et élever les chenilles afin de produire de la soie. Malheureusement, des individus s’échappèrent et surent s’adapter à l’environnement nord-américain. L’aire de distribution de notre lépidoptère s’est ensuite progressivement étendue autour de Boston, vers les états américains voisins de l’est et du nord, de même qu’au Canada. On retrouve maintenant cette espèce dans tout le nord-est de l’Amérique du Nord.

Lymantria dispar parasité 2019
C’est la deuxième fois que je recueille une chenille parasitée

Différentes tactiques furent tentées pour mieux contrôler cette peste. Entre autres, une mouche parasitoïde de la famille Tachinidae (Compsilura concinnata) fut introduite aux fins de lutte biologique. Malheureusement, ce diptère démontra également une préférence pour d’autres papillons, dont certains sont indigènes à l’Amérique du Nord.

Concernant les parasites, j’avais déjà capturé un spécimen moribond que j’avais oublié dans un pilulier. Lorsque fut venu le temps d’examiner ma capture, il y avait plus qu’une chenille dans le contenant : deux cocons étaient apparus… comme par magie! J’en parle dans cette chronique. Fait intéressant, j’ai récidivé la semaine dernière en ramassant une chenille d’apparence morte… pour la trouver quelques heures plus tard à nouveau accompagnée d’un cocon orangé. S’agissait-il de notre diptère parasitoïde? Je ne le saurai point, puisqu’aucun insecte n’émergea des cocons formés!

Vidéo 1. Oui, ça chatouille! Certaines personnes réagissent aux poils urticants de cette chenille. Ça ne semble pas être mon cas jusqu’à maintenant.

Galerie photo

Lymantia dispar_2
La capsule céphalique est bigarrée
Lymantia dispar_3
La chenille mature atteint une taille approchant les 6 cm
Lymantia dispar_PupeParasite
Cocon du parasitoïde (non identifié)

Pour en savoir plus

  • Bartlett Wright, A. 1993. Peterson First Guide to Caterpillars of North America. 128 p.
  • Bug Guide. Species Lymantria Dispar – Gypsy Moth – Hodges#8318. https://bugguide.net/node/view/8780
  • Bug Guide. Species Compsilura concinnata.
  • https://bugguide.net/node/view/265766
  • Dubuc, Y. 2007. Les insectes du Québec. 456 p.
  • Evans, A.V. 2008. Field guide to insects and spiders of North America. 497 p.
  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.
  • Hébert, C., Comptois, B. et L, Morneau. 2017. Insectes des arbres du Québec. 299 p.
  • Leboeuf, M. et S. Le Tirant. 2018. Papillons de nuit et chenilles du Québec et des Maritimes. 335 p.
  • Wagner, D.L. 2005. Caterpillars of Eastern North America. 512 p.