La chenille gastronome

Ppolyxenes_1
La superbe chenille du papillon du céleri

L’été dernier, vous êtes plusieurs à avoir observé une jolie chenille arborant le vert, le jaune et le noir dans vos potagers. Cet arthropode gastronome s’en prenait notamment à vos plants de persil, carottes, céleri et fenouil. De qui s’agissait-il?

Plus particulièrement, lors de la dernière publication, je vous affichais l’arrière-train de cette chenille, dont le motif me faisait penser à un « Monsieur Baboune ». Il s’agissait en fait de la chenille du papillon du céleri, Papilio polyxenes.

Ppolyxenes_4
Stade plus jeune, plus petit et fort différent

Comme certains d’entre vous, j’eus la chance d’observer et de photographier des chenilles de cette espèce plutôt abondante à l’été 2019. Les deux spécimens que je pus suivre de près avaient choisi de s’attaquer à un plant de persil appartenant à ma mère.

En bonne entomologiste amateur, c’est en arpentant les plates-bandes de ma mère à l’affut de toute bête digne d’intérêt que je découvris deux jeunes chenilles sur son persil, lesquelles ne ressemblaient pas à ce que je connaissais du papillon du céleri. En effet, les chenilles de cette espèce changent d’allure au fur et à mesure qu’elles croissent. Les jeunes individus observés étaient munis d’épines et imitaient des fientes d’oiseaux (corps plutôt sombre ponctué en son centre d’une tache blanche). Une robe très différente de la chenille plus mature qui est lisse et bariolée de vert pâle (parfois pratiquement blanc), jaune et noir!

Fait intéressant, je pus observer l’évolution des deux spécimens à ma portée sur près de deux semaines. Les deux petites chenilles du départ étaient nettement plus grosses par la suite. Il faut dire que la chenille mature peut atteindre 5 cm. J’eus aussi la chance d’assister à la mue d’un des individus; la vidéo de cette intrigante métamorphose est présentée en fin de chronique.

Ppolyxenes_mue3
Chenille qui vient de muer; sa vieille peau repose à ses côtés

Si la chenille du papillon du céleri est facilement rencontrée, c’est que cette espèce favorise les habitats ouverts comme les prés, les champs cultivés et les jardins en milieu urbain. Une autre raison est qu’elle se retrouve souvent à grignoter des plantes que nous mangeons nous-mêmes. Comme mentionné en début de chronique, l’espèce se nourrit de plusieurs herbes et légumes du jardin comme le céleri, les carottes et autres membres de la famille Apiaceae (fenouil, aneth, coriandre, panais, etc.) et de la famille Rutaceae (qui comprend les agrumes).

Malgré son comportement alimentaire, la chenille n’est pas nécessairement considérée comme une peste. Selon Wagner (2005), les femelles auraient l’habitude de ne pondre que quelques œufs par plante, évitant ainsi les grosses colonies comme celles formées par les chenilles à tentes (dont la livrée des forêts). Par contre, je lis dans Handfield (2011) que, au contraire, les papillons peuvent être observés en grand nombre là où les plantes-hôtes sont retrouvées en abondance. Dans ces lieux, les chenilles deviendraient davantage des pestes potentielles.

La chenille du papillon du céleri peut être confondue avec celle du papillon queue-courte (Papilio brevicauda). Néanmoins, Leboeuf et Le Tirant (2012) précisent que la chenille du papillon queue-courte est plus verte et arbore une suite de points noirs plutôt que de rayures. Par ailleurs, les aires de répartition des deux espèces se recoupent peu, hormis certains secteurs de chevauchement au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

SBenoit_chenille céleri_Fin
Chenille qui commence à déployer son osmeterium

Dans les quelques jours qui suivirent mes propres observations, j’espérais que ma mère aurait l’occasion de voir les chenilles former des chrysalides et, qui sait, se transformer en papillon. Malheureusement, au bout de quelques jours, lesdites chenilles disparurent. Je me suis d’abord demandé si elles s’étaient fait dévorer. Cela est possible, puisque plusieurs prédateurs sont susceptibles de se délecter des chenilles, bien que celles-ci aient un moyen de défense en réserve : lorsque la chenille est perturbée, elle réagit en gonflant un organe orange en forme de fourche sur sa tête. Cet organe, qui se nomme osmeterium, dégage une odeur nauséabonde qui est désagréable – mais pas entièrement dissuasive – pour les prédateurs.

Toutefois, en me documentant aux fins de la présente chronique, j’ai lu que les chenilles peuvent s’immobiliser non seulement sur une tige rigide, mais aussi sur une roche pour passer à la métamorphose en chrysalide. Peut-être que les chenilles se seront déplacées d’elles-mêmes pour trouver un support différent, plutôt que de s’être retrouvées dans la panse d’un prédateur quelconque?

Le stade de chrysalide dure de neuf à quinze jours. Les rejetons issus de la seconde génération d’adultes passeront l’hiver sous forme de chrysalide. Il faut dire que le papillon du céleri présente deux générations à nos latitudes : la première vole de la mi-mai au début juillet, alors que la seconde vole de la mi-juillet au début du mois de septembre.

Les sources consultées suggèrent également que l’abondance du papillon du céleri est cyclique. Comme il semble avoir été observé par plusieurs entomologistes en herbe à l’été 2019, il est fort à parier que cette dernière année a été favorable pour cette espèce. Reste à voir si elle pointera à nouveau le bout du nez pour 2020!

Vidéo 1. Chenille du papillon du céleri (Papilio polyxenes) que j’ai eu la chance de filmer alors qu’elle muait. Elle laisse sa « vieille » peau derrière elle. On remarque même la capsule céphalique (tête) de la mue qui reste coincée quelques instants dans le visage de la « nouvelle » chenille toute fraîche. Fascinant, n’est-ce pas?

Galerie photo – quelques photos supplémentaires pour le plaisir des yeux!

Ppolyxenes_2
Autre vue sur la chenille mature
Ppolyxenes_3
La chenille à ses premiers stades
Ppolyxenes_mue1
Chenille immobile sur le point de muer
Ppolyxenes_mue2
Autre vue de la chenille après la mue

Pour en savoir plus

Devinette entomologique : Monsieur Baboune!

Les insectes et autres invertébrés arborent toutes sortes de motifs et de couleurs… dont certains peuvent nous faire penser à des formes ou des visages connus.

L’insecte mis en vedette cette semaine possède un arrière-train où l’on peut deviner un visage de « Monsieur Baboune ». Le voyez-vous? Savez-vous par ailleurs de quel organisme il s’agit?

Pour répondre à cette question, joignez-vous à la Page Facebook DocBébitte (pour plus d’interactions avec les autres lecteurs!) ou encore inscrivez votre réponse dans la section « Commentaires » de la présente chronique. La réponse vous sera dévoilée lors de la prochaine publication DocBébitte!

Devinette_2019-12-26
Voyez-vous la forme d’yeux et de bouche en « baboune » sur cet insecte?

Joyeuses fêtes!

Une autre année qui tire à sa fin! Une autre année de beaux apprentissages au sujet de ces fascinants insectes et invertébrés!

Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, chers lecteurs DocBébitte, collègues, parents et amis, de très joyeuses fêtes ainsi qu’une nouvelle année remplie de bonheur et de santé.

Au plaisir de lire vos prochains commentaires, que ce soit sur le présent blogue ou sur la page Facebook DocBébitte!

Caroline, alias DocBébitte

Noel2019_Final
 Cette libellule vêtue de rouge se prendrait-elle pour le père Noël?

Tirage d’un calendrier DocBébitte 2020

Calendrier_2020
Recto et verso du calendrier DocBébitte 2020

Une autre année qui se termine… déjà! Elle fut riche en apprentissages entomologiques, vous ne trouvez pas? Quoi de mieux pour tourner la page et démarrer 2020 qu’avoir en main l’unique calendrier DocBébitte?

Comme vous le savez, DocBébitte est un blogue que j’alimente dans mes loisirs et je n’en retire aucun bénéfice autre que vos généreux commentaires qui me font progresser dans mes réflexions et mes connaissances!

Loin de moi est donc l’idée de commercialiser des calendriers et c’est pourquoi, comme chaque année, je tenais à offrir un calendrier inédit DocBébitte à un lecteur chanceux qui sera choisi par le hasard!

Voici comment participer :

  • Vous devez posséder une adresse postale au Québec, où je pourrai vous envoyer ledit calendrier*;
  • Pour vous inscrire, écrivez-moi à DocBebitte@Outlook.fr en indiquant que vous souhaitez participer au tirage du calendrier 2020;
  • Vous inscrire avant le dimanche 22 décembre à 23h59.

Le tirage (un seul calendrier est à tirer) aura lieu dans les jours qui suivront! D’ici là, bonne chance et je vous souhaite de terminer l’année 2019 en beauté!

Caroline, alias DocBébitte

 

*SVP noter que je me dégage de toute responsabilité liée à un bris lors du transport par Postes Canada. Merci pour votre compréhension.

DocBébitte en bref : L’araignée est dans ses raisins, Marilon, Marilé!

Cool! Il y a une araignée dans mes raisins!

Vous n’entendrez sans doute pas cette phrase sortir de la bouche de n’importe qui! Qui plus est, l’anecdote que j’ai à vous raconter est loin de porter sur une araignée dangereuse comme une veuve noire.

Et non! Elle concerne tout simplement une observation récente que je souhaite vous relater et qui fait honneur à la chanson « L’arbre est dans ses feuilles »!

Tout a commencé par la découverte de ce qui me semblait être une toile d’un organisme inconnu dans mes raisins. Une toute petite toile d’à peine 1 cm de long. Au moment de mon observation initiale, je n’étais même pas certaine s’il s’agissait d’un cocon d’araignée, de chenille ou d’un débris quelconque.

Araignee_Tique_Raisins2
Taille de l’araignée et du minuscule arachnide (point orange) à côté d’un pic d’entomologiste

Je décidai d’examiner l’objet sous toutes ses coutures sous la loupe de mon appareil binoculaire. En déplaçant légèrement la toile, je vis deux ou trois pattes apparaître. Eurêka! Il s’agissait des restes desséchés (potentiellement un exosquelette) d’une minuscule araignée. En la dégageant de la toile, je remarquai son centre orangé, mais n’en fis pas de cas dans l’immédiat. Ce n’est que quelques instants plus tard que je m’exclamai à nouveau « Génial! Il y a une tique dans mon araignée! »! Sur le coup, je croyais qu’il s’agissait d’une tique – et une première version du présent billet parlait de tique -, mais un collègue entomologiste m’aiguilla vers d’autres groupes d’arachnides moins connus, notamment les aoûtats (voir cette page sur BugGuide).

Depuis les objectifs de mon stéréomicroscope, je voyais bien les caractéristiques de ce second arachnide. Malheureusement, les photos que je pris ne permettent pas de voir ces détails. J’atteignais visiblement la limite dans la résolution de mes appareils. Il faut dire que la bête faisait à peine la taille du point qui ponctue la présente phrase. Photo à l’appui!

Que faisait cet invertébré dans les restes d’une araignée, elle-même logée dans une toile tissée dans mes raisins? Qu’à cela ne tienne! Cette observation inusitée m’enthousiasma, bien qu’elle demeurera sans doute un mystère!

Araignee_Tique_Raisins3
Dans mes raisins il y a une toile!
Araignee_Tique_Raisins4
Dans ma toile il y a une araignée!
Araignee_Tique_Raisins
Dans l’araignée il y a un petit arachnide!