Les plécoptères hâtifs!

Nous ne sommes pas les seuls à avoir envie de nous mettre le bout du nez dehors bien avant que les chauds rayons du soleil aient fait fondre la neige!

Les membres de plusieurs familles de plécoptères émergent en effet du milieu aquatique alors que les cours d’eau ne sont pas encore dégelés – ou à peine!

Vous aurez compris que l’émergence correspond ici au moment où la nymphe aquatique (que l’on appelle naïade) se métamorphose en adulte ailé terrestre, prêt à se reproduire. J’explique la métamorphose d’insectes aquatiques dans cette capsule vidéo sur les naïades de libellules, si vous voulez en savoir plus. Petit cours de terminologie 101 terminé! Revenons à nos plécoptères!

Cette année, j’ai eu la chance d’effectuer deux observations d’individus qui émergeaient de cours d’eau en très grand nombre.

La plus petite espèce de plécoptère observée ce printemps: des Capniidae

La première, au Village Vacances Valcartier en mars, se déroulait aux abords de la jolie rivière Jacques-Cartier. Je n’avais pas d’appareil photo avec moi, mais j’ai tout de même pu préserver quelques spécimens dans un mouchoir. Ces derniers s’étaient malencontreusement aventurés au milieu des pistes où les vacanciers glissaient à l’aide de chambres à air. Bien qu’ils avaient été happés et écrasés, les quelques plécoptères que je pus recueillir étaient en suffisamment bon état pour que je les identifie. On y viendra dans quelques instants!

La seconde observation, quant à elle, eut lieu le long de la rivière Nicolet Sud-Ouest, lors d’une tournée de reconnaissance sur le terrain que j’effectuais pour le travail au début du mois d’avril. Armée d’un appareil photo, je pus photographier et filmer bon nombre d’individus de deux tailles très différentes qui émergeaient à plusieurs sites le long de ce même cours d’eau. C’était le comble du bonheur : j’assistais en fait à l’émergence de deux familles distinctes à la fois!

Dans ce second cas, je pus également préserver quelques spécimens morts le long des routes – tous faisant partie de l’espèce de plus grande taille. Si vous ne l’aviez pas déjà lu dans une chronique antérieure, je n’aime pas tuer les insectes: ma source d’apprentissage en matière d’identification réside dans les organismes que je trouve déjà morts!

La plus grosse espèce de plécoptère: un Taeniopterygidae

Les tout premiers spécimens recueillis le long de la rivière Jacques-Cartier se sont avérés être des plécoptères de la famille Capniidae et, plus particulièrement, du genre Allocapnia. Cette famille est nommée en anglais, Small winter stoneflies (petits plécoptères d’hiver), ce qui sied tout à fait à ce groupe dont les membres font tout au plus 10 mm de long. De plus, la période de l’année où ces organismes sont susceptibles d’émerger des cours d’eau s’étale de novembre à avril. On peut donc bien dire que ce sont des insectes hivernaux!

Les plécoptères que j’ai observés au début du mois d’avril avaient deux tailles très distinctes, comme on peut le voir sur l’une des photos qui accompagnent la présente chronique. Un groupe faisait moins de 10 mm, alors que l’autre approchait des 15 mm. Les spécimens de plus grande taille récupérés appartiennent à la famille Taeniopterygidae (genre Taeniopteryx). Ils sont baptisés en anglais Winter stoneflies (plécoptères d’hiver). Vous aurez deviné qu’ils émergent du milieu aquatique… l’hiver! Plus précisément, entre janvier et avril.

Deux familles, deux tailles distinctes!

Les plus petits individus, quant à eux, appartenaient à nouveau de la famille Capniidae. Sans spécimen en main, je ne peux par contre m’aventurer plus loin que la famille. Les photos que j’ai prises me permettent néanmoins d’en arriver à deux genres possibles, dont Allocapnia cité plus haut.

Si les Capniidae et les Taeniopterygidae s’observent près des rivières en si grand nombre, c’est que les naïades, le stade nymphal des plécoptères comme je l’ai mentionné plus haut, évoluent sous l’eau. Elles y passent environ une année. Dès qu’elles sortent de leur œuf, les naïades amorcent leur croissance. Selon Thorp et Covich (2001), elles entreraient toutefois en diapause pendant l’été (ralentissement, voire mise en suspens de leurs activités) pour poursuivre leur développement à l’automne et à l’hiver.

Leur comportement alimentaire est variable. Les Capniidae sont des détritivores-déchiqueteurs, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent notamment de matière organique en décomposition comme les feuilles, qu’ils déchiquètent. Selon Voshell (2002), ils joueraient un rôle important dans la dégradation de la matière organique des cours d’eau, puisqu’ils consommeraient quotidiennement 30% de leur poids en nourriture, et ce, même lors des froides journées hivernales. Les Taeniopterygidae ont un menu plus diversifié : en plus d’être détritivores-déchiqueteurs, ils sont également reconnus pour collecter des particules d’aliments qui se déposent sur le substrat (débris végétaux et animaux divers), ainsi que pour brouter les algues poussant sur les roches et les autres supports favorables à leur croissance.

Capniidae en reproduction: les masses d’œufs jaunes sont visibles sur les femelles

Les naïades de Taeniopterygidae se rencontrent dans les cours d’eau permanents de différentes tailles et températures. Elles affectionnent la végétation submergée le long des rives, les amoncellements de débris (feuilles, bois mort, racines d’arbres), ou encore les substrats rocheux sur lesquels les algues croissent.

Les naïades de Capniidae évoluent dans les cours d’eau de petite à moyenne envergure. Selon les sources consultées, elles seraient particulièrement abondantes dans les plus petits cours d’eau et ruisseaux, incluant les sources temporaires qui s’assèchent à certains moments de l’année. Tout comme la précédente famille, elles trouvent généralement abri dans les amas de feuilles, de bois et de roches.

Je vous ai déjà parlé de l’importance des invertébrés aquatiques comme indicateurs de la qualité des cours d’eau (ces chroniques: partie 1 et partie 2). Les naïades de Capniidae sont considérées comme très sensibles à la pollution de leur milieu, alors que celles des Taeniopterygidae seraient plutôt sensibles à moyennement tolérantes selon l’espèce (Voshell 2002). Dans Hauer et Lamberti (2007), cependant, les deux familles sont considérées comme particulièrement sensibles, ayant une cote de tolérance respective de 1 et 2 (sur un total de 10; 0 étant très sensible et 10 étant très tolérante). En général, les membres de l’ordre des plécoptères sont réputés être assez sensibles aux perturbations de leur milieu. Au Québec, ils sont inclus dans les indices d’intégrité biotique en tant qu’indicateurs de bonne qualité (ex.: MDDEFP 2013).

Malgré leur nom, les deux familles de plécoptères susmentionnées ne sont pas les seules à émerger de façon hâtive. Les plécoptères de la famille Leuctridae peuvent émerger de décembre à juin, alors que ceux de la famille Nemouridae sont observés d’avril à juin. Leur période d’émergence peut recouper en tout ou en partie celle de nos deux familles vedettes de la semaine.

Comment donc faire pour savoir de quel groupe il s’agit, lorsqu’on aperçoit des plécoptères qui émergent de façon hâtive?

Si vous souhaitez identifier les plécoptères adultes à partir de photographies, visez trois parties du corps : les ailes, les pattes et les cerques (voir les photos dans la Galerie photo ci-dessous).

  • Ailes: visez à voir la disposition des nervures. Chaque famille a des caractéristiques qui lui sont propres et les Capniidae ont les ailes peu nervurées comparativement aux autres familles. Le guide de Borror et White (1970) est aidant à cet effet.
  • Pattes: visez les tarses. La longueur des uns par rapport aux autres est ce qui vous intéressera.
  • Cerques (les deux filaments situés au bout de l’abdomen, ressemblant à des « queues »). La longueur des cerques, ainsi que le nombre de segments qu’ils possèdent seront aidants. Par exemple, les cerques des Capniidae sont particulièrement longs et sont munis de plus de 11 segments chez les Allocapnia.

Pour les organismes naturalisés, une prise de vue ventrale des pièces buccales est aussi de mise. Vous pouvez tout de même tenter votre chance avec des insectes vivants et grouillants, mais la tâche est difficile sans les manipuler.

Femelle Taeniopterygidae et sa masse d’œufs

Pour les naïades, la vue ventrale des pièces buccales est également utile, voire indispensable. Heureusement, les naïades vivantes sont un peu plus faciles à manipuler que les adultes, du moins pour les plus gros spécimens. Vous pouvez tenter de les coucher sur le dos dans la paume de votre main quelques instants ou encore les tenir par les cerques et photographier leur face ventrale. En outre, c’est la même forme que chez les adultes que l’on recherchera: cette forme contre celle-ci. D’autres critères à ne pas rater comprennent la présence de branchies sur la face ventrale du thorax et de l’abdomen, la disposition des étuis alaires, ainsi que celle des tibias.

Je ne possède pas de naïades matures des deux familles dont je vous ai entretenues dans le présent billet: celles que j’ai sont très, très petites. Je travaille à vous dénicher de bonnes photos pour un prochain échange. D’ailleurs, je pourrais vous parler longuement des naïades de plécoptères en général, mais j’espère éventuellement pouvoir plutôt vous produire une capsule vidéo sur le sujet, comme je l’ai fait pour les naïades de libellules.

Enfin, comme l’objectif du présent billet n’est pas de se substituer à une clé d’identification, je vous recommande de jeter un coup d’œil aux sources ci-dessous. Avec le mois de mai entamé, vous risquez moins d’observer ces plécoptères adultes. Ce sera à vous de jouer, le printemps prochain, pour dégainer vos appareils photo avant que les plécoptères hâtifs disparaissent comme neige au soleil!

Pour en savoir plus

  • Borror, D.J. et R.E. White. 1970. Peterson Field Guides – Insects. 404 p.
  • Hauer, F.R., et G.A. Lamberti. 2007. Methods in stream ecology. 877 p.
  • Marshall, S.A. 2009. Insects. Their natural history and diversity. 732 p.
  • Ministère du développement durable, de l’environnement, de la faune et des parcs (MDDEFP), 2013. Guide de surveillance biologique basée sur les macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec – Cours d’eau peu profonds à substrat grossier, 2013. 88 p. https://environnement.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/surveillance/benthiques.pdf
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Normandin, E. 2020. Les insectes du Québec. 620 p.
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.

Galerie photo

Les nervures sur les ailes aident à l’identification – ici un Taeniopterygidae
Les tarses sont de taille égale chez ce Taeniopterygidae
Le second tarse est plus petit chez ce Capniidae
Les cerques des Capniidae sont longs et possèdent beaucoup de segments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s