L’éphémère qui se prenait pour une taupe

Ephemeridae2
Le joli éphémère Ephemeridae

Bon nombre d’insectes sont connus sous leur forme adulte, alors que leur stade larvaire demeure plutôt obscur. C’est le cas des éphémères, ces « mannes » qui forment de vastes nuées près des lacs et rivières pendant la période estivale. À noter que les trichoptères en font de même et peuvent être confondus si aperçus en vols… mais ils se différencient bien lorsqu’au repos.

Une famille d’éphémères est caractérisée par des individus particulièrement gros et voyants : les Ephemeridae. Il est fort à parier que vous les avez déjà observés, accrochés en masses aux moustiquaires et murs des demeures et des commerces. Leur corps est cylindrique et leur robe varie du jaune au brun foncé. L’abdomen des individus plus pâles (jaunâtres) est fréquemment flanqué de motifs bruns visibles sur chaque segment. Les six pattes sont bien visibles, en particulier les deux pattes antérieures souvent maintenues dans les airs. Un peu comme si l’éphémère faisait « le beau ».

Ephemeridae1
Autre adulte Ephemeridae

Malgré ces caractéristiques ainsi que la grande taille des individus, qui est un indice comme quoi on fait potentiellement affaire à un spécimen de la famille Ephemeridae, il importe de préciser qu’une identification certaine requiert l’examen des nervures sur les ailes antérieures et postérieures. Si vous êtes photographe en herbe comme je le suis, je vous conseille de porter une attention particulière aux ailes, surtout si elles sont ouvertes. De bons clichés de ces dernières vous aideront dans l’identification. De plus, ces éphémères étant peu farouches, vous devriez même parvenir à les manipuler pour les observer ou les photographier encore plus en détail!

Comme toutes les autres familles d’éphémères, les Ephemeridae ont un stade larvaire qui est aquatique. Les naïades (nom donné aux nymphes aquatiques) évoluent donc sous l’eau. En particulier, celles appartenant à la famille mise en vedette cette semaine affectionnent les milieux où de fines particules se sont déposées (en lacs ou zones plus calmes des rivières). Elles se distinguent de la plupart des autres familles par leur corps long et cylindrique, de même que leur tête munie de défenses. La majorité des autres groupes comprennent des individus plus trapus et légèrement à passablement aplatis sur le plan dorso-ventral (voir cet exemple).

EphemeridaeNaiade4
Les branchies plumeuses sont maintenues sur le dos plutôt que sur les côtés

En fait, seulement deux autres familles retrouvées au Québec présentent des caractéristiques similaires aux Ephemeridae : les Polymitarcyidae et les Potamanthidae. Toutefois, des caractéristiques visibles à l’œil nu (ou si vos photos ciblent les bons éléments) permettent de les distinguer. Tout d’abord, les branchies plumeuses des Ephemeridae et des Polymitarcyidae sont maintenues sur la face dorsale de l’abdomen; celles des Potamanthidae sont disposées de chaque côté de l’abdomen (cet exemple tiré de BugGuide). Si les branchies sont tenues sur le dos, vous pouvez écarter la famille Potamanthidae.

Ensuite, portez une attention particulière aux défenses et aux pattes. Les défenses des Ephemeridae sont recourbées vers le haut, alors que celles des Polymitarcyidae pointent légèrement vers le bas. Aussi, les tibias des pattes postérieures des Ephemeridae sont modifiés et munis d’une pointe plutôt prononcée, alors que les pattes des Polymitarcyidae sont de forme normale (tibia arrondi, sans pointe proéminente).

EphemeridaeNaiade1
On voit les défenses et l’aspect général

Les naïades d’Ephemeridae peuvent constituer jusqu’à la moitié de la biomasse d’invertébrés dans certains lacs. Elles prolifèrent dans les sédiments plus ou moins fins, où elles se creusent des tunnels comme une taupe le ferait. Leurs pattes modifiées servent en quelque sorte de pelle et leur permettent de creuser efficacement le substrat aquatique. Les tunnels sont creusés en forme de « U » et possèdent un trou à chaque extrémité. Les éphémères en sortent une fois la nuit venue afin de s’alimenter sur le substrat environnant. Les sillons qu’elles forment, de même que les trous de leurs tunnels, peuvent être aperçus en examinant le fond sableux ou vaseux des lacs.

Ces arthropodes sont principalement des ramasseurs-collecteurs : ils collectent et ingèrent les particules de matière organique qui se déposent au fond de l’eau. Pour se ravitailler en oxygène, les naïades génèrent un courant à l’aide de leurs branchies pour faire circuler l’eau dans leur « tanière ». Certaines espèces profitent du courant créé pour faire pénétrer des particules en suspension directement dans leur demeure et s’en nourrir. Livraison à domicile garantie!

Sillons_Sable
Ces sillons photographiés sous l’eau pourraient être des traces de naïade d’Ephemeridae

Lorsqu’elles sont prêtes pour la métamorphose vers la phase adulte, les naïades se laissent flotter à la surface de l’eau et amorcent leur transformation. En général, on peut observer une génération d’Ephemeridae chaque année. Plus au nord, il peut en prendre jusqu’à deux années pour compléter un cycle complet, alors qu’au sud, on peut se retrouver avec deux générations par année.

Il semble que l’émergence des membres de ce groupe soit très synchronisée pour une même localisation. Cela n’est pas sans conséquence : les nuées massives notées dans certaines localités peuvent devenir source d’irritation, comme j’en ai déjà parlé dans ce billet datant de quelques années! Néanmoins, il faut savoir que ces insectes sont inoffensifs et très bénéfiques tant au sein des écosystèmes aquatiques que terrestres : poissons, oiseaux et herpétofaune s’en délectent avec plaisir… De même que les yeux des entomologistes ou photographes amateurs comme moi!

Comme j’avais plusieurs photos et vidéos à vous partager de cet insecte fort sympathique, je vous laisse apprécier ces quelques images supplémentaires ci-dessous!

Vidéo 1. Naïade d’éphémère fouisseur de la famille Ephemeridae.

Vidéo 2. Même individu nageant dans mon « bol d’observation »!

Galerie photo

Hexagenia
Photo d’un Ephemeridae adulte en pose « typique »
Ephemeridae3
Les adultes sont attirés par la lumière (ici lors d’une chasse nocturne)
EphemeridaeNaiade3
Taille d’une naïade
EphemeridaeNaiade2
Autre vue d’une naïade

Pour en savoir plus

Une réflexion sur “L’éphémère qui se prenait pour une taupe

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s