DocBébitte en bref : petit bonus sur « Sa Majesté le papillon! »

Dans la chronique de la semaine dernière, il y avait tellement de choses à raconter sur le joli papillon monarque que j’étais loin d’avoir épuisé le sujet.

Parmi les apprentissages sympathiques que j’ai effectués, il en restait un que je voulais partager avec vous.

Savez-vous d’où vient l’appellation « monarque »?

Selon les sources consultées, il semble que le nom prend son origine auprès des premiers colons européens qui ont peuplé le Canada et les États-Unis. Ces derniers – constitués de bon nombre de protestants fuyant la persécution en Europe – auraient été émerveillés par le majestueux et flamboyant monarque vêtu d’orange et de noir… Et l’auraient nommé après un prince de Hollande bien connu de l’époque, qui devint plus tard roi d’Angleterre, Guillaume d’Orange.

Il semble donc après tout que le nom « monarque » ait bien une origine royale! Ce qui sied tout à fait à notre plus gros papillon diurne, maître des migrations!

Monarque_femelle
Le monarque a un nom qui lui sied bien!

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Species Danaus plexippus – Monarch – Hodges#4614. https://bugguide.net/node/view/540
  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.
  • Leboeuf, M. et S. Le Tirant. 2012. Papillons et chenilles du Québec et des Maritimes. 391 p.
  • Schappert, P. 2004. The Last Monarch Butterfly. 113 p.
  • Wagner, D.L. 2005. Caterpillars of Eastern North America. 512 p.
  • Wikipédia. Monarque (papillon). https://fr.wikipedia.org/wiki/Monarque_(papillon)

Sa majesté le papillon!

Monarque_femelle
Monarque femelle

Avec le retour du printemps et la fonte imminente des montagnes de neige qui jonchent le paysage se pointeront sous peu le bout du nez les premiers insectes de l’année!

Parmi les arthropodes qui ont fui l’hiver vers des contrées plus hospitalières, on retrouve le très populaire papillon monarque (Danaus plexippus). Ses exploits migratoires mais aussi les fluctuations de ses populations des dernières années ont fait couler beaucoup d’encre. Je vous invite à découvrir leur fascinant univers.

La jeune chenille du monarque amorce son parcours sur un plan d’asclépiade, là où sa mère a intentionnellement déposé son œuf (cette dernière ne déposerait typiquement qu’un œuf par plant afin d’éviter la compétition). Se nourrissant des feuilles de cette plante, la chenille grossit exponentiellement : selon la température, elle peut prendre en 10 à 14 jours plus de 3 000 fois son poids d’origine! Les fluides de l’asclépiade sont toxiques, mais la chenille parvient à les ingérer sans séquelles. Mieux encore, elle synthétise les toxines (des cardénolides) pour elle-même devenir incomestible, caractéristique qui perdure à l’âge adulte.

La très jeune chenille qui sort de l’œuf porte une robe uniforme qui ne tarde pas, dès la première mue, à arborer plus ou moins franchement les lignes jaunes, blanches et noires caractéristiques des plus gros individus que nous sommes habitués à rencontrer. Les filaments noirs situés sur le 2e segment thoracique et le 8e segment abdominal se font également de plus en plus présents d’une mue à l’autre. Aucune autre chenille du Québec ne combine ces couleurs et appendices de la sorte. Selon les sources consultées, ces étranges tentacules serviraient à confondre les prédateurs. La larve peut, d’une part, les agiter lorsque perturbée, ce qui peut surprendre. D’autre part, ils rendent difficile la distinction entre la tête et l’arrière-train.

Monarque_chenille2
La jolie chenille du monarque

La chenille du papillon du céleri (cette photographie) et quelques espèces apparentées ornent des couleurs semblables, mais ne devraient pas être confondues si l’on prend le temps de bien les regarder. Ces dernières agencent le noir, jaune et blanchâtre (ou verdâtre) différemment et plusieurs individus sont nettement plus verdâtres que la chenille du monarque. Plus précisément, le jaune et le noir se relaient sur une même ligne, laquelle est suivie d’une ligne pleine blanchâtre ou verdâtre. En revanche, la chenille du monarque ressemble plutôt à un prisonnier, chaque ligne qui fait le tour de l’abdomen possédant une couleur unique.

Monarque_chenille1
Vue dorsale de la chenille

Au moment de former sa chrysalide, la chenille s’accroche à un support adéquat (souvent une branche) par ses fausses pattes arrière et prend la position d’un « J ». Après quelques temps passés tête vers le bas, elle mue et laisse place à une chrysalide d’un vert vif orné de quelques touches de doré et de noir. Neuf à quinze jours plus tard, la chrysalide a pris une teinte plus sombre, puis l’adulte émerge.

Tout comme les chenilles, les adultes sont faciles à reconnaître. Il s’agit de gros individus (8,6 à 10 cm d’envergure d’ailes) d’un orange vif découpé par des lignes noires; la marge des ailes est aussi ornée de points blancs. Le vice-roi (Limenitis archippus) est l’espèce qui lui ressemble le plus, mais ce dernier possède une ligne courbe transversale qui coupe les nervures des ailes postérieures (voir cette comparaison sur BugGuide). Il est également plus petit que le monarque. Il en est de même pour d’autres espèces québécoises qui portent fièrement l’orange et le noir (ou brun foncé) : ils sont tous nettement plus petits et les motifs qu’ils arborent sont différents. Pensons entre autres au papillon Belle-dame (Vanessa cardui) et au Vulcain (Vanessa atalanta).

On peut facilement discriminer le mâle monarque de la femelle : le mâle porte des taches sur ses ailes inférieures qui dégagent des phéromones; les femelles n’en possèdent pas! Cela dit, malgré la capacité des mâles à envoûter leurs conquêtes par de doux parfums, il semble que ces derniers soient plutôt agressifs et laissent peu de chances aux femelles de faire leur choix. Messieurs monarques se jetteraient sur tout ce qui pourrait s’avérer être une partenaire potentielle. Dans cet empressement, ils ne se rendraient même pas compte que leur « belle » est en fait un autre mâle. Les identités confondues constituent donc un fait fréquemment observé chez cette espèce!

Monarque_ComparaisonMF
Comparaison entre la femelle (haut) et le mâle (bas); la flèche indique la tache spécifique au mâle

Bien que le monarque soit le plus gros papillon diurne rencontré au Québec, ce sont principalement ses exploits migrateurs qui font sa renommée. Chaque hiver, tous les monarques de l’Amérique du Nord se rejoignent sur quelques sites d’hibernation concentrés dans le centre du Mexique (les sources consultées parlent aussi d’une population de la côte ouest américaine qui se réfugie en Californie). Ils y passent 4 à 5 mois. Vers la fin février et le début mars, les vastes colonies se disloquent peu à peu; les individus reprennent leurs énergies en se nourrissant de nectar des plantes ambiantes et achèvent leur maturation sexuelle mise en pause pendant les mois d’hiver. C’est à ce moment que la reproduction pour la nouvelle génération de l’année a lieu.

Une fois fécondées (si le mâle ne s’est pas trompé!), les femelles prennent le chemin du nord, dans le but de trouver des talles inutilisées d’asclépiades. Une nouvelle génération prendra vie dans les environs du Texas, pour remonter progressivement jusqu’à nos latitudes. Selon Leboeuf et Le Tirant (2012), c’est vers la troisième semaine de mai que l’on peut apercevoir, au Québec, les premiers monarques venus du sud. Cette génération pourra être observée jusqu’au début du mois de juillet. Les rejetons associés deviendront des adultes entre la troisième semaine de juillet et la mi-octobre. C’est donc dire qu’entre mai et octobre, nous avons le loisir de rencontrer ce charmant arthropode! D’ailleurs, les adultes font moins la fine bouche que les chenilles et se délectent du nectar d’une vaste palette de fleurs… ce qui les amène dans nos plates-bandes à notre grand plaisir!

L’automne venu, les adultes nés sous nos latitudes reprennent le chemin du sud – une destination où ils ne sont jamais allés! Ils effectueront quelque 4 000 à 5 000 kilomètres de vol pour se rendre à leur site d’hibernation.

Monarque_male
Monarque mâle

Tant la migration vers le nord que celle vers le sud sont truffées de menaces qui peuvent faire fluctuer les populations globales de monarques. Si vous suivez l’actualité, vous aurez entendu maintes préoccupations au courant des dernières années à l’égard des populations de monarques qui seraient, selon plusieurs sources, en danger. Or, ce débat ne fait pas consensus au sein de la communauté entomologique. Qu’en est-il?

Loin de moi est l’intention d’amorcer un débat. Je vais donc me concentrer sur les données que j’ai retrouvées dans les différents documents consultés. Tout d’abord, parlons des menaces! Le fait que de vastes populations de papillons se rassemblent dans un nombre restreint de lieux d’hibernation est considéré comme un risque important. C’est comme si tous les œufs étaient déposés dans le même panier! Ces sites ne sont pas à l’abri des aléas climatiques : un gel important pourrait décimer les populations de papillons, par exemple. De même, la destruction ou la détérioration de la qualité de l’habitat sont aussi source d’inquiétude et sont vivement gardées à l’œil. À cet effet, depuis 2008, la réserve de biosphère du papillon monarque du Mexique est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Selon Schappert (2004), il ne faut cependant pas considérer que les menaces qui pèsent sur les sites d’hibernation. Ce dernier cite une vaste palette de menaces qui attendent les monarques tout au long de leur parcours : détérioration et fragmentation des habitats, emploi de pesticides et d’herbicides, aléas climatiques, espèces envahissantes, parasites et prédation (oui, oui : malgré les toxines, certains prédateurs ont développé des stratégies permettant de se nourrir des monarques!).

Certaines de ces menaces ont des effets mitigés. Par exemple, la fragmentation de l’habitat et la déforestation peuvent, dans certaines circonstances, favoriser les plantes d’habitats ouverts… comme l’asclépiade, la plante-hôte chouchou de notre insecte-vedette! En revanche, le remplacement des champs et des terrains vacants par des terres agricoles ou des condos de luxe (par exemple!) vont annihiler les talles d’asclépiades. Ainsi, rien n’est tout noir ou tout blanc!

Monarque_domaine
Habitat typique de la chenille; on y voit notamment des plants d’asclépiade

Les aléas du climat ont, eux aussi, leur lot d’effets sur les populations. Tantôt ils leur seront favorables, tantôt ils seront dramatiques! C’est ainsi que les populations de l’année 2000 ont présenté un creux important, selon Schappert (2004). En 2000, il y eut une sécheresse au Texas, diminuant la quantité de plantes productrices de nectar. Les adultes peinèrent à se ravitailler pour leur long voyage. Cette sécheresse fut malheureusement combinée à des températures fraîches et pluvieuses dans la partie nord de l’aire de distribution du monarque, limitant le déplacement des femelles pondeuses et favorisant le développement de fongus et de pathogènes s’attaquant aux chenilles. Par contre, en 2001, les conditions favorables permirent à la population de rebondir : quatre fois plus d’individus furent estimés qu’en 2000!

Ce que je lis dans Schappert (2004) et Handfield (2011), c’est que les populations de monarques nord-américaines et québécoises ont démontré de vastes fluctuations au courant des années 2000-2010. Il y a quelques années, on entendait beaucoup parler, dans les médias, de la situation préoccupante du monarque (n’était presque plus aperçu au Québec), alors qu’en 2018, les observations se sont faites par centaines. S’agissait-il d’une année particulièrement favorable? Cette impression est corroborée par La Presse (2019) et Radio-Canada (2019), qui indiquaient en janvier dernier que la population de papillons monarques passant l’hiver dans le centre du Mexique avait augmenté de 144% par rapport à l’an dernier, couvrant une superficie de 6,05 hectares selon Journey North (6 hectares étant le seuil au-dessus duquel la population est considérée comme « durable »). Un des chercheurs interrogés par Radio-Canada (2019) soulignait néanmoins que, malgré ce bond positif, le nombre de monarques observé aujourd’hui est tout de même nettement inférieur à celui d’il y a 20 ans. Dans les sources consultées et sur Internet, je n’ai malheureusement pu mettre la main sur des dénombrements débutant avant 1993 pour mieux connaître les variations et la cyclicité à long terme. Les valeurs antérieures étaient-elles grandement supérieures à celles observées dans les années 1990? Présentaient-elles des fluctuations (voire des creux dramatiques) comme celles des récentes années? Ces données permettraient de jeter un regard encore plus précis sur la dynamique des populations et l’état d’alerte à lui attribuer (et, notamment, l’effet potentiel des changements climatiques).

Quoi qu’il en soit, mes recherches me font conclure qu’il ne faudrait ni crier victoire, ni crier au loup, mais être réaliste et considérer que le monarque présente, comme bien d’autres membres du règne animal, des hauts et des bas qu’il faudra garder à l’œil. Il ne faut pas nier l’impact de nos activités sur le monde du vivant et le monarque, par sa popularité et son charisme, peut faire partie des « ambassadeurs » utilisés pour sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à l’importance de bien prendre soin de l’environnement qui nous entoure… et des petites bêtes qu’il recèle!

Pour couronner cette sympathique chronique (un peu plus longue, je l’avoue, que la moyenne), je vous laisse sur une vidéo, suivie d’une galerie photo où figurent les jolis clichés de monarques et de leurs chenilles qui ont été soumis lors des précédents concours amicaux de photographie DocBébitte.

Vidéo 1. La jolie chenille du monarque!

Galerie photo : soumissions aux concours passés de photographie DocBébitte

RedimCBenoit_1EBG_Monarque_FinC.Dussault_2F. St-Aubin_3L. Leclerc_2

Pour en savoir plus

L’éphémère qui se prenait pour une taupe

Ephemeridae2
Le joli éphémère Ephemeridae

Bon nombre d’insectes sont connus sous leur forme adulte, alors que leur stade larvaire demeure plutôt obscur. C’est le cas des éphémères, ces « mannes » qui forment de vastes nuées près des lacs et rivières pendant la période estivale. À noter que les trichoptères en font de même et peuvent être confondus si aperçus en vols… mais ils se différencient bien lorsqu’au repos.

Une famille d’éphémères est caractérisée par des individus particulièrement gros et voyants : les Ephemeridae. Il est fort à parier que vous les avez déjà observés, accrochés en masses aux moustiquaires et murs des demeures et des commerces. Leur corps est cylindrique et leur robe varie du jaune au brun foncé. L’abdomen des individus plus pâles (jaunâtres) est fréquemment flanqué de motifs bruns visibles sur chaque segment. Les six pattes sont bien visibles, en particulier les deux pattes antérieures souvent maintenues dans les airs. Un peu comme si l’éphémère faisait « le beau ».

Ephemeridae1
Autre adulte Ephemeridae

Malgré ces caractéristiques ainsi que la grande taille des individus, qui est un indice comme quoi on fait potentiellement affaire à un spécimen de la famille Ephemeridae, il importe de préciser qu’une identification certaine requiert l’examen des nervures sur les ailes antérieures et postérieures. Si vous êtes photographe en herbe comme je le suis, je vous conseille de porter une attention particulière aux ailes, surtout si elles sont ouvertes. De bons clichés de ces dernières vous aideront dans l’identification. De plus, ces éphémères étant peu farouches, vous devriez même parvenir à les manipuler pour les observer ou les photographier encore plus en détail!

Comme toutes les autres familles d’éphémères, les Ephemeridae ont un stade larvaire qui est aquatique. Les naïades (nom donné aux nymphes aquatiques) évoluent donc sous l’eau. En particulier, celles appartenant à la famille mise en vedette cette semaine affectionnent les milieux où de fines particules se sont déposées (en lacs ou zones plus calmes des rivières). Elles se distinguent de la plupart des autres familles par leur corps long et cylindrique, de même que leur tête munie de défenses. La majorité des autres groupes comprennent des individus plus trapus et légèrement à passablement aplatis sur le plan dorso-ventral (voir cet exemple).

EphemeridaeNaiade4
Les branchies plumeuses sont maintenues sur le dos plutôt que sur les côtés

En fait, seulement deux autres familles retrouvées au Québec présentent des caractéristiques similaires aux Ephemeridae : les Polymitarcyidae et les Potamanthidae. Toutefois, des caractéristiques visibles à l’œil nu (ou si vos photos ciblent les bons éléments) permettent de les distinguer. Tout d’abord, les branchies plumeuses des Ephemeridae et des Polymitarcyidae sont maintenues sur la face dorsale de l’abdomen; celles des Potamanthidae sont disposées de chaque côté de l’abdomen (cet exemple tiré de BugGuide). Si les branchies sont tenues sur le dos, vous pouvez écarter la famille Potamanthidae.

Ensuite, portez une attention particulière aux défenses et aux pattes. Les défenses des Ephemeridae sont recourbées vers le haut, alors que celles des Polymitarcyidae pointent légèrement vers le bas. Aussi, les tibias des pattes postérieures des Ephemeridae sont modifiés et munis d’une pointe plutôt prononcée, alors que les pattes des Polymitarcyidae sont de forme normale (tibia arrondi, sans pointe proéminente).

EphemeridaeNaiade1
On voit les défenses et l’aspect général

Les naïades d’Ephemeridae peuvent constituer jusqu’à la moitié de la biomasse d’invertébrés dans certains lacs. Elles prolifèrent dans les sédiments plus ou moins fins, où elles se creusent des tunnels comme une taupe le ferait. Leurs pattes modifiées servent en quelque sorte de pelle et leur permettent de creuser efficacement le substrat aquatique. Les tunnels sont creusés en forme de « U » et possèdent un trou à chaque extrémité. Les éphémères en sortent une fois la nuit venue afin de s’alimenter sur le substrat environnant. Les sillons qu’elles forment, de même que les trous de leurs tunnels, peuvent être aperçus en examinant le fond sableux ou vaseux des lacs.

Ces arthropodes sont principalement des ramasseurs-collecteurs : ils collectent et ingèrent les particules de matière organique qui se déposent au fond de l’eau. Pour se ravitailler en oxygène, les naïades génèrent un courant à l’aide de leurs branchies pour faire circuler l’eau dans leur « tanière ». Certaines espèces profitent du courant créé pour faire pénétrer des particules en suspension directement dans leur demeure et s’en nourrir. Livraison à domicile garantie!

Sillons_Sable
Ces sillons photographiés sous l’eau pourraient être des traces de naïade d’Ephemeridae

Lorsqu’elles sont prêtes pour la métamorphose vers la phase adulte, les naïades se laissent flotter à la surface de l’eau et amorcent leur transformation. En général, on peut observer une génération d’Ephemeridae chaque année. Plus au nord, il peut en prendre jusqu’à deux années pour compléter un cycle complet, alors qu’au sud, on peut se retrouver avec deux générations par année.

Il semble que l’émergence des membres de ce groupe soit très synchronisée pour une même localisation. Cela n’est pas sans conséquence : les nuées massives notées dans certaines localités peuvent devenir source d’irritation, comme j’en ai déjà parlé dans ce billet datant de quelques années! Néanmoins, il faut savoir que ces insectes sont inoffensifs et très bénéfiques tant au sein des écosystèmes aquatiques que terrestres : poissons, oiseaux et herpétofaune s’en délectent avec plaisir… De même que les yeux des entomologistes ou photographes amateurs comme moi!

Comme j’avais plusieurs photos et vidéos à vous partager de cet insecte fort sympathique, je vous laisse apprécier ces quelques images supplémentaires ci-dessous!

Vidéo 1. Naïade d’éphémère fouisseur de la famille Ephemeridae.

Vidéo 2. Même individu nageant dans mon « bol d’observation »!

Galerie photo

Hexagenia
Photo d’un Ephemeridae adulte en pose « typique »
Ephemeridae3
Les adultes sont attirés par la lumière (ici lors d’une chasse nocturne)
EphemeridaeNaiade3
Taille d’une naïade
EphemeridaeNaiade2
Autre vue d’une naïade

Pour en savoir plus

Incursion chez les invertébrés de nos lacs

Coenagrionidae_naiade
Naïade de demoiselle Coenagrionidae

C’est déjà bien établi : j’ai un faible pour les invertébrés aquatiques. Je vous ai souvent parlé d’invertébrés collectés dans des rivières et ruisseaux ou encore ceux retrouvés dans l’étang à poissons que je possédais. Un milieu que j’avais moins exploré en matière de faune invertébrée est celui des lacs. Cependant, au courant des dernières années, j’ai eu la chance de séjourner à quelques reprises sur le bord de jolis lacs québécois. Comme vous pouvez vous en douter, j’en profitai pour recenser la faune locale!

Sur la page Facebook DocBébitte, je vous avais diffusé il y a un peu plus d’une semaine une vidéo d’organismes collectés en donnant quelques coups de filet en zone littorale d’un lac (voir la vidéo 1 ci-dessous). Je vous suggérais de garder l’œil ouvert pour identifier tout ce que vous pouviez y voir, que ce soit furtivement ou en premier plan. Dans cette vidéo, on retrouvait plusieurs bons représentants de la vie sur le littoral d’un lac. Qui sont-ils?

Asellidae_LacdesPlages
Asellidae, un isopode aquatique

Commençons par les deux taxons les plus visibles : un isopode aquatique (famille Asellidae) et une naïade de demoiselle (sous-ordre Zygoptera).

Les aselles sont des cousins de nos cloportes terrestres qui sont tous des isopodes (ordre Isopoda). Saviez-vous qu’il s’agit de crustacés? Faciles à reconnaitre, ils sont de forme aplatie et munis de sept paires de pattes. Ils arborent des teintes de brun, gris ou noirâtre. Leur taille varie de 5 à 20 mm; ils sont assez gros pour les remarquer à l’œil nu. On les retrouve dans une vaste palette d’habitats aquatiques, incluant les zones peu profondes des lacs. Si le substrat est composé de petites cachettes où se planquer, ils y seront! C’est d’ailleurs le cas de la zone du lac que j’ai échantillonnée : elle était constituée de touffes abondantes de plantes submergées offrant un habitat à plus d’une espèce d’invertébrés!

C’est aussi dans cet habitat que je retrouvai la plupart des autres individus, y compris des naïades de libellules zygoptères appartenant à la famille Coenagrionidae. Une très vaste partie des demoiselles bleues adultes que l’on peut apercevoir près des points d’eau ou dans nos jardins font partie de cette grande famille d’odonates. Voshell (2002) indique qu’il s’agit d’un groupe très souvent recueilli lors de collectes d’invertébrés en bordure de lacs, marais et étangs, en particulier là où les plantes et débris sont abondants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Végétation aquatique dans laquelle j’ai échantillonné

Outre ces deux groupes, avez-vous été capables d’observer les autres organismes, plus furtifs, dans la vidéo 1? On y aperçoit des mites d’eau (Hydracarina; voir cette chronique) qui dévalent rapidement telles de grosses boules brun-rougeâtre, de même qu’un tout petit zooplancton que je ne parviens pas à identifier tellement il passe vite en arrière-plan (copépode ou cladocère, là est la question!). Un gammare (ordre Amphipoda), sorte de crustacé latéralement aplati, passe, tel un éclair, et disparaît dans les débris. Plus en avant plan, en regardant en ligne droite sous la naïade de zygoptère, on peut voir à plusieurs reprises une larve de chironome qui se fraie un chemin à travers les débris (gardez l’œil ouvert sur ce qui ressemble à une toute petite chenille de couleur pâle).

Coléoptères_Aquatiques_Trio
Trio de coléoptères aquatiques : haliple, dytique et gyrin (de gauche à droite)

Les autres coups de filet que je donnai me permirent d’observer d’autres individus représentatifs du littoral d’un lac. À titre d’exemple, je mis la main sur plusieurs petits coléoptères aquatiques : dytiques (Dytiscidae), gyrins (Gyrinidae) et haliples (Haliplidae).

Les haliples sont connus sous le nom de « aquatic crawling beetles »; contrairement aux dytiques et gyrins, leur mode de locomotion par prédilection implique de grimper et de ramper sur la végétation aquatique, plutôt que de nager dans ou sur l’eau. Voshell (2002) ajoute que les adultes ne sont pas de très bons nageurs. Ce n’est donc pas surprenant que j’aie mis la main sur un individu en arpentant les touffes de végétation parsemées en bordure de lac.

Écrevisse_LacdesPlages
Petite écrevisse

En revanche, les dytiques et les gyrins se déplacent beaucoup plus aisément dans l’eau. Je vous ai déjà parlé des prouesses des dytiques dans cette précédente chronique. Ces derniers constituent presque la moitié des espèces de coléoptères que l’on recense en milieu aquatique. Il s’agit d’un groupe très diversifié et omniprésent. Pas étonnant que j’en ai observé!

Les gyrins sont, eux aussi, très présents dans nos milieux d’eau douce. Comme ils se tiennent principalement en grands groupes à la surface d’eaux calmes, ils sont faciles à observer. En anglais, on les appelle « Whirling beetles », ce qui fait référence à leur mode de locomotion : ils tourbillonnent à droite, puis à gauche… De quoi à donner le mal des transports, quoi!

Escargot_LacdesPlages
Escargot aquatique

Je pus également mettre la main sur un insecte fouisseur en donnant des coups de filet dans le sable. Une naïade d’éphémère m’y attendait! Contrairement à la majorité des autres organismes que j’ai capturé dans les plantes et débris, cet éphémère se creuse des tunnels dans le substrat mou et vit à l’abri des regards. D’ailleurs, la morphologie de ces éphémères diffère de leurs confrères : leur corps est cylindrique, alors que leur tête et leurs pattes sont modifiées de sorte à faciliter le creusage du sol. De plus, ils sont munis de défenses! Les individus se construisent un tunnel en forme de U qui peut s’enfoncer jusqu’à 13 cm de profondeur. Ces naïades sont connues de certains pêcheurs qui fabriquent des leurres à poisson à leur effigie.

En plus de tous ces fabuleux spécimens, quelques organismes – souvent mieux connus de la population en général – étaient présents : écrevisses, sangsues, escargots et moules d’eau douce!

Turbellaria
L’étrange vers planaire

Enfin, un groupe d’invertébrés nettement plus obscur était aussi compris dans mes échantillons : il s’agit des vers plats ou vers planaires (Classe Turbellaria). Beaucoup de membres de ce groupe peuvent être observés en zones peu profondes de milieux calmes, préférentiellement sur des substrats solides comme des cailloux et roches. Certaines espèces peuvent également se retrouver sur des plantes et détritus variés. Il s’agit d’un taxon particulier et peu connu qui, comme plusieurs des organismes présentés dans le présent billet, m’inspireront sans aucun doute d’autres chroniques!

Histoire à suivre!

Vidéo 1. La naïade de demoiselle et l’aselle sont bien évidents en avant-plan, mais saurez-vous trouver les autres invertébrés qui se cachent dans cette vidéo?

Vidéo 2. Naïade d’éphémère fouisseur de la famille Ephemeridae.

Vidéo 3. Étrange vers planaire, accompagné de quelques mites d’eau en déplacement.

Vidéo 4. Autre naïade de demoiselle Coenagrionidae se déplaçant au fond du lac, après que je l’y ai remise.

Pour en savoir plus

  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.

Un tandem amoureux pour la Saint-Valentin!

En cette semaine de la Saint-Valentin, pourquoi ne pas parler de copulation… chez les insectes, bien sûr!

Sympetrum_Tandem
Tandem entre deux odonates du genre Sympetrum

Le tandem amoureux pratiqué chez les odonates (libellules et demoiselles) suscite la curiosité, que vous soyez entomologiste aguerri ou non. Quelle drôle de position prennent-ils! Comme si ce n’était pas assez, cette dernière ressemble parfois à un cœur, comme pour témoigner du fait qu’il y a de l’amour dans l’air!

Mais comment cela se passe-t-il, au juste?

Au moment de la reproduction, le mâle courtise la femelle et cherche d’abord à l’agripper à l’aide de ses pattes, la mordillant parfois.  Ensuite, il la fait prisonnière en saisissant sa tête avec ses appendices terminaux (dits aussi anaux), un peu comme on le ferait avec un étau.

Lorsque le tandem est formé, le mâle zygoptère (demoiselle) prend quelques instants pour transférer son sperme de son 9e segment (où se situe l’orifice génital) vers ses pièces copulatrices situées sur la face ventrale de son 2e segment. Chez les anisoptères (libellules), cette tâche serait effectuée avant de capturer une femelle. En fin de compte, c’est le contact entre les parties génitales de la femelle et les pièces copulatrices du mâle qui permet le transfert du sperme vers la femelle. Cette distance entre l’orifice génital produisant le sperme et les organes copulateurs du mâle serait une particularité propre aux odonates, selon Paulson (2011). Remarquez cependant que, dans le vaste et mystérieux monde des invertébrés, les araignées mâles possèdent aussi une telle caractéristique.

Demoiselles_Tandem
Voyez-vous la forme en cœur chez ces demoiselles en tandem?

La fécondation de la femelle peut se faire immédiatement au moment de la copulation ou plus tard. En effet, la femelle est en mesure d’entreposer le sperme du mâle et ce… tout le reste de sa vie! Ainsi, au fur et à mesure que les œufs sont produits, ces derniers peuvent être fécondés, qu’il y ait ou non un mâle à proximité.

Il arrive fréquemment que les mâles saisissent une femelle d’une autre espèce en vue d’un tandem. Habituellement, la « connexion » entre les deux individus ne fonctionnera pas… Quoique la copulation entre membres d’espèces différentes ait été observée, de même que certains hybrides issus d’une telle relation!

Les femelles odonates ne semblent pas trop se formaliser du fait qu’elles sont retenues prisonnières par leur douce moitié. Un fait qui serait sans doute moins apprécié chez les humains! Espérons que vous passerez une Saint-Valentin joyeuse… et en toute liberté!

Pour en savoir plus