Odonates en émergence aux abords du fleuve Saint-Laurent!

J’avais déjà prévu écrire une chronique cette semaine au sujet de l’émergence d’une espèce particulière de libellule à laquelle j’ai récemment assisté. Quelle ne fut pas ma chance d’observer une seconde émergence – cette fois-ci de demoiselles – lors d’une sortie de pêche, à peine une semaine plus tard! Il ne m’en fallu pas plus pour me lancer dans l’écriture d’une chronique parlant de cette merveilleuse transformation que subissent les odonates (libellules et demoiselles), les faisant passer de bestioles parfaitement adaptées à la vie aquatique à des organismes volants, maîtres du ciel!

Gomphe-Cobra adulte
Gomphe-Cobra venant d’émerger

Ma première expérience se fit sur le bord du fleuve Saint-Laurent à Québec, à la plage Jacques-Cartier. Il s’agit d’un lieu aménagé pour les piétons et dont les sentiers longent le fleuve. Lors d’une récente balade, j’y aperçu un grand nombre de libellules écrasées… ce qui me conduisit à formuler différentes hypothèses sur leur présence, dont celle qu’il s’agissait de jeunes libellules venant d’émerger et n’étant pas encore capable de voler. Ceci expliquerait pourquoi elles se retrouvaient écrasées en aussi grand nombre. Aussitôt formulée, je tentai de trouver des indices pour confirmer mon hypothèse. C’est ainsi que j’aperçu éventuellement un grand nombre de libellules adultes jonchées sur des roches le long du fleuve, accompagnées d’un grand nombre d’exosquelettes (coquille externe des invertébrés) de larves vides. Et voilà, mon hypothèse était confirmée!

Ayant à la fois des larves et des adultes à étudier, il me fut facile d’identifier les individus. Il s’agissait de gomphes-cobras (gomphus vastus), de la famille des gomphidae. Les gomphes-cobras sont très communs le long du fleuve Saint-Laurent et ils se reconnaissent facilement, en particulier grâce à leur abdomen dont l’extrémité est enflée. C’est d’ailleurs cette caractéristique qui lui valu son nom anglais de clubtail (queue en forme de bâton de golf).

La seconde émergence que je pu contempler est issue d’un pur hasard! Une semaine après avoir assisté à l’émergence des gomphes-cobras à Québec, je me retrouvai plus au sud dans mon patelin d’origine, en bateau sur le Saint-Laurent. Comme la pêche n’était pas des plus fructueuses, je me laissai aller à regarder les alentours… et me rendre à l’évidence qu’une larve de demoiselle (famille des Coenagrionidae) s’était hissée sur le bateau et était en train de se métamorphoser en adulte ailé! J’ai pu filmer une partie de cette métamorphose et la vidéo est présentée à la fin de la présente chronique. J’ai également inséré quelques photos prises à différents intervalles et démontrant la progression de la métamorphose de la demoiselle.

Gomphe-Cobra exosquelettes
Exosquelettes de Gomphes-Cobras

Je suivi avec attention les différents stades de la métamorphose, qui dura environ 30 minutes à partir du moment où j’ai remarqué la chose. C’est lorsque notre bateau traversa un nuage de demoiselles fort similaires que « ma » demoiselle décida enfin de s’envoler. Après avoir passé une année sous l’eau, il était temps pour elle de compléter son cycle de vie : se reproduire, puis mourir d’ici la fin de l’été.

En effet, la durée de vie des odonates adultes varie entre 2 semaines et 2 mois, selon l’espèce. Cela leur laisse tout de même suffisamment de temps pour se reproduire et assurer la présence de générations futures de libellules et de demoiselles.

On voit bien sur les photos que j’ai prises les différences entre les larves et les adultes des libellules (anisoptères) et des demoiselles (zygoptères). En effet, les demoiselles sont plus petites et plus délicates que les libellules. Malgré cette apparence frêle, il s’agit tout de même de voraces prédateurs, tant au stade larvaire qu’adulte. J’en avais d’ailleurs parlé lors de chroniques antérieures (larves et adultes, respectivement).

Bref, ce que cette chronique veut vous apprendre d’abord et avant tout, c’est que la métamorphose dans le monde des insectes n’est pas que l’apanage des papillons. La prochaine fois que vous voyez une libellule ou une demoiselle, pensez à ce fantastique cycle de vie qui les caractérise!

 

Pour en savoir plus

 

Émergence d’une demoiselle en vidéo et en photo

Demoiselle Émergente 1
Début de la transformation

 

Demoiselle Émergente 2
L’adulte est entièrement sorti de l’exosquelette

 

Demoiselle Émergente 3
Les ailes se déploient progressivement

 

Demoiselle Émergente 6
La métamorphose est presque complétée

 

Demoiselle Émergente 7
Voici le résultat final!

Et la cigale chanta tout l’été!

Le bruit court dans les médias. La prochaine émergence massive d’une espèce de cigale périodique du genre Magicicada est imminente. Cette cigale n’émerge de la terre, pour devenir un adulte ailé, qu’une fois tous les 17 ans. Et cette année est la bonne pour l’est des États-Unis.

Les cigales font partie de l’ordre des hémiptères. On en retrouve environ une centaine d’espèces en Amérique du nord. Elles ne sont pas toutes périodiques comme celles appartenant au genre Magicicada.

Cicada adulte_2
Cigale caniculaire

Les larves de cigales (qu’on appelle des nymphes) se développent sous terre. Elles sont munies « d’avant-bras » larges et dentelés, très utiles pour se frayer un chemin sous terre. Elles se nourrissent de la sève circulant dans les racines des arbres, qu’elles aspirent à l’aide de leur rostre (long appendice buccal, également retrouvé chez d’autres hémiptères comme les cercopes). Elles peuvent demeurer sous terre de 2 à 17 ans, selon l’espèce!

Lorsqu’elles émergent du sol, elles grimpent le long d’une surface à laquelle elles s’accrochent (végétale, minérale, de nature humaine, peu importe!), puis amorcent leur métamorphose. Leur membrane extérieure, que l’on appelle exosquelette, se solidifie, puis se fend pour laisser sortir un adulte ailé. L’exosquelette du nouvel adulte est, à ce stade, très tendre et il prendra un certain temps avant de se durcir (jusqu’à quelques jours selon l’espèce).

Cicada larve
Exosquelette vide d’une nymphe de cigale

Une fois la métamorphose complétée, les mâles se mettent à chanter pour, bien sûr, attirer des femelles! C’est en faisant vibrer des membranes situées sur leur abdomen – appelées des cymbales abdominales – qu’ils parviennent à émettre leur son caractéristique. Qui n’a pas entendu de cigales chanter lors d’une belle journée d’été?

Les espèces communément retrouvées au Québec sont des cigales dites annuelles. Elles n’émergent pas de façon périodique comme les individus appartenant au genre Magicicada. Bien qu’elles passent plusieurs années sous terre (2 à 5 années), les différentes cohortes émergent graduellement, année après année. Les cigales annuelles sont également plus tardives que les cigales périodiques et on les observe donc plus tard pendant l’été. C’est d’ailleurs en plein mois d’août que ma mère a saisi de magnifiques clichés d’une espèce commune au Québec – et également celle qui est la plus commune dans l’est de l’Amérique du Nord: la cigale caniculaire (Tibicen canicularis). Vous pouvez apprécier ces photographies dans le présent article.

Cicada adulte_1
Cigale caniculaire

Revenons à nos Magicicada. Certaines espèces de ce groupe émergent tous les 13 ou 17 ans. Pourquoi donc n’émerger qu’une fois avoir passé de si nombreuses années sous terre? Ou encore, pourquoi est-ce que toutes les larves d’un secteur plutôt vaste (à l’échelle de quelques états américains) émergent de façon simultanée? En effet, les densités atteintes par ces cigales, au moment de leur émergence, sont surprenantes. Jusqu’à 1,5 million d’individus par acre (un peu plus de 370 millions par kilomètre carré) a été mesuré! Cette densité phénoménale, combinée au long cycle de vie, leur permet d’échapper aux prédateurs. Il semblerait que les densités soient si élevées que les prédateurs finissent par être complètement repus, et ce, même s’il reste encore des centaines de millier de cigales en circulation! Et, comme le cycle de ces cigales est long et irrégulier (nombres impairs et premiers), les prédateurs ne peuvent facilement ajuster leur cycle de vie en conséquence.

Les Magicicada émergent du sol lorsque celui-ci atteint environ 64 degrés Fahrenheit (environ 18 degrés Celsius). Elles émergent donc plus tôt dans les états du sud (fin avril en Caroline du sud) et plus tard dans les états plus nordiques (juin au Michigan). Au moment même où vous lisez cet article (avril 2013), leur émergence est imminente!

Si vous vous intéressez aux cigales périodiques, sachez que des cartes affichant les endroits et les moments prévus des prochaines émergences sont disponibles sur Internet. Plusieurs cohortes, qui n’émergent pas durant la même année, sont réparties à travers les États-Unis. Il est donc possible d’assister à ces émergences sans attendre dans 17 ans!

Pour en savoir plus

 

Éphémères, ces insectes!

Certains les appellent des « mannes ». Ils sont bien connus des pêcheurs, qui utilisent des leurres qui leur ressemblent pour pêcher à la « mouche ». Il s’agit des éphémères (ordre des éphéméroptères).

Hexagenia
Éphémère adulte (Hexagenia)

Le nom de ce groupe d’insectes offre un bon indice quant à leur cycle de vie : le stade adulte est effectivement très éphémère et ne dure, pour certaines espèces, que 90 minutes! En fait, ce stade est tellement court que les éphémères adultes ne possèdent même pas de pièces buccales. Leur seul objectif : se reproduire!

Pourtant, les éphémères ont une durée de vie totale qui peut varier de quelques mois à plus de deux ans. C’est cependant sous forme larvaire que les éphémères vont passer la plus grande partie de leur vie.

Les larves d’éphémères se développent sous l’eau. Elles possèdent des branchies le long de leur corps, ce qui leur permet de respirer. Plusieurs espèces sont sensibles à la pollution des milieux aquatiques et sont, par conséquent, utilisées comme indicatrices de la santé des cours d’eau. Lorsque je sillonnais les rivières au Québec, il m’arrivait fréquemment – presque tout le temps, même – d’en capturer. Les larves sont très bien réparties et on les retrouve à peu près partout dans nos lacs et nos rivières. Elles constituent d’ailleurs un maillon important à la base des chaînes alimentaires de ces milieux, étant consommées par d’autres insectes aquatiques prédateurs, ainsi que par de nombreuses espèces de poissons.

Heptageniidae Larve
Larve d’éphémère (Heptageniidae)

Les éphémères constituent également une importante source de nourriture une fois qu’ils sont parvenus au stade adulte, et ce, tant pour les milieux aquatiques que terrestres. En effet, lorsque vient le temps de se reproduire, les larves d’éphémères émergent des milieux aquatiques pour se transformer en adultes ailés. Les émergences peuvent se produire graduellement ou, dans le cas de certaines espèces, de façon soudaine et « massive ». Certaines espèces émergent simultanément en quantités phénoménales et vont même jusqu’à causer certains désagréments! J’avais déjà entendu parler, lors d’une conférence sur les invertébrés aquatiques, qu’il y avait des endroits où l’on devait sortir les camions de déneigement pour ramasser les carcasses d’éphémères à la suite d’émergences massives. En faisant des recherches, je suis tombée sur cet article, qui présente des images concernant une émergence monstre ayant eu lieu en juin 2012 aux États-Unis (Wisconsin).

J’avais également pris une courte vidéo (ci-dessous) lors d’une émergence de caenidae, une sorte de tout petit éphémère, à l’été 2011. Nous étions pris d’assaut par plusieurs individus, qui s’arrêtaient sur nous le temps d’une mue! Fait surprenant, la mue des éphémères qui viennent tout juste d’émerger de l’eau est nécessaire afin que l’individu atteigne le stade final où il peut enfin se reproduire – autrement, il demeurerait à un stade intermédiaire entre la larve aquatique et l’adulte reproducteur! Ce stade, que je qualifierais de pseudo-adulte (organisme ailé qui ressemble à un adulte, mais dont les organes reproducteurs ne sont pas entièrement développés – on parle de subimago dans la littérature), est unique. Il n’existe chez aucun autre insecte.

Malgré les désagréments engendrés chez certains humains, ces émergences font le bonheur de nombreux consommateurs. Tout d’abord, les oiseaux, qui sont souvent en période de nidification lors de ces émergences, s’en servent comme source supplémentaire de protéines! Les poissons aussi se nourrissent des adultes éphémères qui frôlent la surface de l’eau (ou qui y tombent) pendant l’accouplement ou la ponte des œufs. Même les pêcheurs en profitent, en utilisant des leurres qui ressemblent aux éphémères adultes, sachant que les poissons les identifient déjà comme un gourmet repas.

Bref, les éphémères constituent avant tout une espèce utile! D’ailleurs, nombreux sont ceux qui savent profiter de cette « manne », sans mauvais jeu de mots!

Pour en savoir plus

Caeniidae
Éphémère de la famille des Caenidae