DocBébitte en bref : Des araignées plein les pantalons!

Premier spécimen caché sous mes pantalons

Les araignées. Ces arthropodes qui font bien plus souvent l’objet de peurs que d’admiration. Elles sont pourtant bien utiles et… partout!

C’est notamment en camping que l’on peut voir l’ampleur de leur omniprésence.

La semaine dernière, j’étais en camping à l’Île aux Lièvres, un superbe endroit que je recommande. Les observations de faune et de flore typiquement québécoises abondaient. Cela comprenait les organismes invertébrés, dont les araignées.

Second individu, également sous mes pantalons (Araneus nordmanni ou saevus)
Celle-ci était encore sur mes pantalons au moment de la photo (famille Gnaphosidae)

Non seulement elles arpentaient les murs et plafonds des somptueuses bécosses auxquelles nous avions accès (et où, j’ose le préciser, je ne me suis pas attardée à prendre de photos), elles se faufilaient un peu partout.

Je l’appris très bien lorsque j’eus à dénouer un pantalon que j’avais attaché à une table de pique-nique afin qu’il sèche pendant la nuit.

Cette araignée (genre Larinioides) a fui rapidement sur le côté de la table

Non pas une, ni deux araignées y avaient trouvé refuge… mais bien cinq beaux spécimens, dont un qui était particulièrement gros (un membre de la famille Agelenidae, autrefois classé dans la famille Amaurobiidae, faisant environ 2 cm).

J’ai beau avoir travaillé à me désensibiliser à la peur des araignées (voir cette chronique où j’en parle), ce dernier individu me fit lâcher un cri de petite fille apeurée, alors que je croyais avoir retiré toutes les araignées de mon pantalon. Je pris d’ailleurs un cliché de la bête, toujours dans mes pantalons, à côté du bouton, afin que vous appréciiez sa taille. Jolie, n’est-ce pas?

Bien que l’on observe plus souvent les groupes d’araignées qui se tiennent bien tranquilles dans les toiles qu’elles ont tissées (les agélénidés ou les épeires, par exemple), il faut savoir que plusieurs espèces d’araignées se déplacent et chassent leurs proies au sol ou sur divers supports (arbres, murs, etc.), particulièrement pendant la nuit. De même, les mâles de taxons tisseurs de toiles, comme le genre Agelenopsis, se déplacent fréquemment au sol, sans doute à la recherche d’une compagne.

Le jour venu, ces charmantes bêtes se cherchent un abri… lequel peut s’avérer être des vêtements lâchement laissés sur une table pendant la nuit!

Grosse araignée qui demeurait cachée dans l’une des jambes de mon pantalon (Agelenidae du genre Coras ou Wadotes)
Même spécimen, encore dans mes pantalons

Tout cela étant dit, je ne vous déconseille pas d’aller faire du camping, loin de là! Mais n’oubliez pas de bien secouer et vérifier les vêtements que vous auriez laissé traîner hors de la tente avant de les enfiler! Quelques surprises pourraient s’y cacher!

Remerciements

Je tiens à remercier les membres de la page Facebook Araignées du Québec pour leur aide à l’identification des organismes photographiés, lorsque cela était possible. La luminosité n’était pas optimale (sous couvert forestier) et les individus ont fui rapidement une fois dévoilés!

Pour en savoir plus

  • Bradley, R.A. 2013. Common spiders of North America. 271 p.
  • Paquin, P. et N. Dupérré. 2003. Guide d’identification des araignées (Araneae) du Québec. 251 p.

Des éponges dans les arbres?

En juillet 2019, je publiais une chronique au sujet d’une remarquable chenille – celle du bombyx disparate –, aussi appelée spongieuse (Lymantria dispar). On en apercevait alors passablement.

Femelle du bombyx disparate

Au début de l’été 2020, je remarquai qu’il y avait énormément de feuilles d’arbres et d’arbustes dévorées par ces chenilles. Et ce, peu importe où je me baladais dans la grande région de Québec.

Elles étaient partout! Et encore plus nombreuses que l’année précédente!

En avez-vous observé dans votre région?

Les chenilles de la spongieuse sont particulièrement grosses, avec leurs six centimètres de long. À l’instar de ces dernières, l’adulte est de grosseur appréciable : les mâles font 45 mm, alors que les femelles atteignent 64 mm.

Quand je vous avais écrit sur le sujet, je n’avais aucune photo d’adultes en ma possession. C’est maintenant chose faite! La forte abondance de chenilles ce printemps laissait présager une année riche en adultes. Justement, je pus en observer partout… et prendre plusieurs clichés! Accompagnée de mon copain, qui possède un meilleur appareil photo que moi, nous avons capturé mâles et femelles en action.

Mâle du bombyx disparate

Dans ma précédente chronique, j’indiquais que la femelle est trop lourde pour le vol et qu’elle attend patiemment l’arrivée de son prince charmant. Je n’aurais pas pu aussi bien le dire!

En regardant de plus près une photo que je préparais pour diffuser dans la présente chronique, je notai quelque chose que nous n’avions pas vu à l’œil nu au moment de la capture. Nous pensions prendre des photos uniquement de mâles un peu énervés à voleter et gigoter. Or, dans une petite cavité sous les mâles déchaînés se cachait… une belle femelle! Voilà qui explique le comportement des mâles, tous excités de se rendre au chevet de leur belle aux bois dormants!

Coucou! Dans la cavité (environ au centre de la photo) se cachait une femelle! C’est sa tête que l’on voit.

Malgré le fait que nous avons complètement loupé cette femelle, nous avons été chanceux un peu plus loin, au courant de la même balade. Sur un arbre étaient agrippées deux femelles bien dodues! Je compris pourquoi l’on mentionnait dans les bouquins qu’elles sont trop lourdes pour voler. Leur abdomen était énorme! Il faut croire que les mâles du bombyx disparate apprécient les femelles aux courbes voluptueuses!

Alors que nous prenions ces jolies dames en photo tels des paparazzis devant une vedette, l’une d’entre elles tomba au sol et se mit à battre frénétiquement des ailes tout en se dirigeant à nouveau vers l’arbre, qu’elle comptait escalader. J’en profitai pour la prendre quelques instants dans ma main. Je sentais ses griffes bien aiguisées pénétrer ma peau. Visiblement, elles étaient faites pour bien se tenir à toute paroi verticale!

De petites éponges? Non, des œufs de spongieuse!

Qu’elle ne fut pas ma chance, une semaine plus tard et dans un autre secteur de la ville, d’observer des dizaines de femelles affairées à pondre leurs œufs le long de gros arbres. Les masses d’œufs étaient recouvertes des poils des femelles, mais on pouvait néanmoins deviner plusieurs d’entre eux au travers de ce tapis protecteur. Il y en avait tant qu’on aurait dit que les arbres étaient couverts de petites éponges. C’est d’ailleurs l’allure de ces masses d’œufs qui est à l’origine du nom commun « spongieuse » donné à l’espèce.

Une autre semaine passa, puis je retournai sur les lieux de cette dernière observation pour découvrir que la quasi-totalité des femelles avait accompli la tâche de donner naissance à la prochaine génération. Épuisées, elles s’étaient laissées choir au sol pour y mourir. Comme j’ai une collection d’invertébrés basée sur des organismes que je trouve déjà morts, je me suis payé la traite et j’ai récolté quelques spécimens!

Bref, j’eus droit à une tonne d’observations couvrant la totalité du cycle de vie du bombyx disparate cet été! Une fascinante expérience!

Au Québec, il est possible d’observer les adultes de la mi-juillet jusqu’au début du mois de septembre. Les chenilles, elles, ont normalement complété leur transformation à la fin du mois de juillet. On ne devrait plus en voir. Quant aux chenilles de l’an prochain, elles demeureront bien au chaud dans leurs œufs tout l’hiver durant. Ce n’est donc qu’au printemps 2021 que l’on pourra constater si la vaste quantité d’œufs pondue produit une autre année record.

Pour plus d’information sur cette espèce, je vous invite à jeter un coup d’œil à ma précédente chronique sur le sujet.

Pour terminer, je serais curieuse de vous entendre sur vos observations – adultes ou chenilles – pour cette année, selon le secteur que vous habitez.

Avez-vous également noté cette forte abondance? Ou encore observé des arbres enduits de petites éponges? Vous saurez maintenant qu’il s’agit d’œufs de la spongieuse!

Galerie photo

L’abdomen des femelles est si énorme qu’elles ne peuvent voler!
Autre vue sur une femelle
Une femelle spongieuse qui se balade sur DocBébitte!
On voit les poils laissés sur ces masses d’œufs
Les masses d’œufs peuvent atteindre une taille impressionnante!
Les œufs sont parfois visibles au travers des poils
Cette chrysalide près des femelles pondeuses ne s’était pas encore métamorphosée
Une fois le travail ardu complété, les femelles sont décédées

Pour en savoir plus

  • Bartlett Wright, A. 1993. Peterson First Guide to Caterpillars of North America. 128 p.
  • Bug Guide. Species Lymantria Dispar – Gypsy Moth – Hodges#8318. https://bugguide.net/node/view/8780
  • Dubuc, Y. 2007. Les insectes du Québec. 456 p.
  • Evans, A.V. 2008. Field guide to insects and spiders of North America. 497 p.
  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.
  • Hébert, C., Comptois, B. et L, Morneau. 2017. Insectes des arbres du Québec. 299 p.
  • Leboeuf, M. et S. Le Tirant. 2018. Papillons de nuit et chenilles du Québec et des Maritimes. 335 p.
  • Normandin, E. 2020. Les insectes du Québec. 620 p.
  • Wagner, D.L. 2005. Caterpillars of Eastern North America. 512 p.

Rencontre de deux énormes tenthrèdes

Connaissez-vous les tenthrèdes?

Ceux qui possèdent des fleurs et arbustes ornementaux répondront sans doute oui à cette question!

Outre les tenthrèdes des rosiers, qui sont sans doute parmi les plus connues à cause des dégâts qu’elles occasionnent sur lesdits rosiers, on retrouve au Québec la tenthrède de l’orme (Cimbex americana), une très grosse tenthrède dont j’avais parlé en 2015 dans cette chronique.

Vue dorsale d'une femelle tenthrède de l'orme où l'on perçoit le rond blanc caractéristique de cette espèce.
La femelle tenthrède de l’orme (C. americana); le rond blanc central est typique de cette espèce

À ce moment, je n’avais que des photographies de la larve à vous présenter. Il aura fallu cinq années pour que je tombe sur un adulte – une belle grosse femelle possiblement tout fraîchement émergée. Cette dernière était affairée à lisser sans cesse ses ailes et se déplaçait très lentement, sans voler. C’est ce qui me fit soupçonner qu’elle s’était métamorphosée depuis peu.

Femelle tenthrède de l’orme, vue de près

L’adulte de la tenthrède de l’orme est facile à identifier à cause du rond blanc bien visible à la jointure entre le thorax et l’abdomen. Pour ce qui est du sexe, l’abdomen de la femelle est doté de bandes jaunâtres généralement bien visibles (quoiqu’elles soient parfois tronquées), alors que celui du mâle est plus sombre et uni (allant du noir au brun-roux).

Pas plus tard que le lendemain de cette première rencontre, quelle ne fut pas ma chance de tomber sur deux autres individus, également très gros, mais d’allure un peu différente! Je me demandais initialement s’il pouvait s’agir de mâles de la tenthrède de l’orme, mais j’étais dubitative quant à l’absence de la tache blanche caractéristique de cette espèce. De plus, les arthropodes étaient dotés d’antennes entièrement noires, alors que la femelle que j’avais vue la veille arborait des antennes orangées.

Tenthrède à face blanche/tenthrède à tête jaune du saule (T. triangulum)

En fouillant dans mes livres et sur Internet, j’identifiai mes deux inconnus. Il s’agissait d’une toute nouvelle observation pour moi, des tenthrèdes qui possèdent un nom français variable selon les sources : tenthrède à face blanche ou tenthrède à tête jaune du saule (Trichiosoma triangulum). Le premier nom serait attribuable aux nombreux poils blancs qui recouvrent la tête et le thorax des adultes. Le second viendrait de la couleur de la tête de la larve.

T. triangulum. Notez l’absence d’une tache blanche contrairement à la tenthrède de l’orme.

Les deux individus étaient affairés à se pourchasser, protégeant chacun jalousement une talle de cornouiller. C’est en examinant les photographies de face de ces spécimens que je fus particulièrement étonnée : les mandibules étaient fort impressionnantes! Et elles appuyaient ce que j’avais lu dans plusieurs ouvrages au sujet des tenthrèdes de la famille Cimbicidae (celle comprenant la tenthrède de l’orme et celle à face blanche/tête jaune) : ces dernières ont du mordant! Bien qu’elles ne piquent pas, elles peuvent pincer à l’aide de leurs mandibules. Attention aux doigts inquisiteurs!

J’avais déjà parlé des sources de nourriture des larves de la tenthrède de l’orme, qui ne se limitent pas aux ormes. Pour ce qui est de la tenthrède à face blanche/tête jaune, la larve aurait elle aussi une diète variée et se nourrirait notamment des feuilles d’aulnes, de bouleaux, de frênes, de saules et de peupliers.

T. triangulum : grandes, ces mandibules!

La larve ressemble passablement à celle de la tenthrède de l’orme, hormis le fait qu’elle n’est pas flanquée d’une ligne noire médiane marquée. Lors d’une randonnée à la fin du mois d’août l’an dernier, j’avais pris en photo une larve qui correspondait à cette description. Verdâtre, la tête jaune et sans ligne médiane très visible. Nous étions en forêt, dans l’ombre, et les photos prises n’étaient pas d’une qualité exceptionnelle, mais je vous les offre tout de même dans le cadre de cette chronique. Vous pourrez les comparer à ce cliché d’une larve de tenthrède de l’orme. Au moment de la rédaction du présent billet, je ne peux vous confirmer avec certitude s’il s’agit d’une larve de T. triangulum. Je suis ouverte à vos conseils en matière d’identification si vous en avez!

De même, je ne suis pas parvenue à trouver de précisions quant aux différences entre les mâles et les femelles de cette espèce. Se ressemble-t-ils tous?

Possiblement une larve de T. triangulum?

En outre, je commençai mon mois de juin en photographiant pour la première fois deux espèces différentes de nos plus grosses tenthrèdes québécoises. Depuis, j’ai vu à nouveau deux autres femelles de la tenthrède de l’orme, cette fois-ci nettement plus actives et occupées à butiner dans des fleurs sauvages. Il m’en reste néanmoins beaucoup à apprendre sur ces fascinantes créatures. Le reste de l’été sera-t-il à la hauteur de ces premières rencontres? C’est à suivre!

Vidéo 1. Capsule animée qui résume quelques observations effectuées sur une femelle tenthrède de l’orme.

Pour en savoir plus

8e concours amical de photographies d’invertébrés du Québec

Caro_Photo_2020
Allez, jouez dans l’herbe, l’eau et la boue! Comme DocBébitte ici affairée à photographier des insectes aquatiques!

L’été est arrivé – ou presque – et c’est le temps de lancer la 8e édition du concours amical DocBébitte de photographies d’insectes et autres invertébrés!

J’invite photographes néophytes ou aguerris à découvrir les petites bêtes invertébrées de leur environnement et les photographier!

Ce concours en est un amical parce que ce sont les lecteurs de DocBébitte qui seront invités à voter, à la fin de l’été, pour leur « coup de cœur ».

Le « prix » en est également un fort simple : la photo élue favorite du public se verra mise en vedette dans le cadre d’une chronique qui portera sur l’invertébré en question.

Comme j’aime encourager la relève, j’offre cette année deux volets et donc deux gagnants :

  • Les nymphes : 17 ans et moins;
  • Les imagos : 18 ans et plus.
Comment participer?

Premièrement, suivez ces règles:

  • Les invertébrés doivent avoir été photographiés au Québec ou pouvoir être retrouvés au Québec (aire de répartition);
  • S’il y a des personnes que l’on peut reconnaître sur vos photographies, assurez-vous d’avoir leur consentement avant de me transmettre ces dernières, car elles se retrouveront sur Internet (blogue DocBebitte.com);
  • Les photographies n’ont pas besoin d’avoir été prises à l’été 2020. Vous pouvez fouiller dans vos archives!

Ensuite, transmettez vos clichés en suivant ces instructions :

  • Soumettre un maximum de deux (2) photos par personne;
  • Avoir une résolution minimale suffisante (1000 x 800 pixels et plus);
  • Fournir, pour chaque photo soumise, les informations suivantes :
    • Si la photo a été prise par une personne de moins de 18 ans;
    • Prénom et nom de l’auteur de la photographie;
    • Endroit où la photo a été prise (exemple : Trois-Rivières, Québec);
    • Le nom de l’invertébré photographié, si connu.
  • Apposer votre signature personnalisée à la photo si vous en avez déjà une. Sinon, je me chargerai d’ajouter votre nom sur ces dernières;
  • Transmettre vos photos à Docbebitte@outlook.fr d’ici le 6 septembre 2020. Un accusé de réception de vos photos vous sera transmis dans les jours qui suivent votre envoi.
Concernant les photographies soumises

Votre cliché a reçu le plus de votes? Je m’engage à publier une chronique consacrée à l’invertébré « croqué » sur le vif, incluant la photographie gagnante en tête de chronique (et crédits photo associés). Bref, vous serez mis en vedette!

Avec deux volets cette année, ce sera deux fois le plaisir!

Pour les autres clichés soumis, ils se retrouveront dans la banque de photos DocBébitte et pourraient, qui sait, être utilisés dans le cadre de futures publications (accompagnés des crédits photo, bien sûr)!

Un appel aux votes sera effectué auprès des lecteurs DocBébitte après la date limite de soumission.

Allez, n’hésitez pas à grimper ou vous rouler dans la boue! Sortez vos appareils et… à vos marques, prêts, photographiez!

Gagnants des concours passés

Vous pouvez jeter un coup d’œil aux gagnants des années passées, si le cœur vous en dit:

L’insecte batelier

Partons, la mer est bel – le!

Nous sommes nombreux à apprécier une douce balade en bateau. Armés d’avirons, qui nous permettent de glisser paisiblement sur l’eau, nous ignorons souvent que les insectes ont inventé des outils similaires depuis belle lurette!

Les corises, nommées très justement en anglais water boatmen (bateliers), sont en effet munies de pattes articulées de sorte à « ramer » sous l’eau. Il s’agit d’hémiptères de la famille Corixidae.

D’autres insectes aquatiques usent de cet efficace mode de propulsion, notamment des coléoptères comme les dytiques et les haliples ou d’autres hémiptères comme les punaises d’eau géantes et les notonectes.

Comparaison_Corixidae-Belostomatidae
Comparaison du rostre d’une corise (Corixidae), en haut, et d’une punaise d’eau géante (Belostomatidae), en bas. Vue latérale à gauche et vue ventrale à droite.

Les corises se distinguent des premiers par la présence d’un rostre (sorte de bec pointu) plutôt que de mandibules. Elles se différencient ensuite de tous les autres hémiptères aquatiques par le fait que le rostre est court et triangulaire, en forme de cône, plutôt qu’allongé. De surcroît, leur taille est petite (3 à 11 mm pour un individu mature) comparativement aux grosses punaises d’eau (famille Belostomatidae; 14 à 65 mm). Elles peuvent cependant être confondues avec les notonectes (Notonectidae; 4 à 17 mm) si on ne leur jette qu’un regard rapide (sans voir le rostre). Toutefois, lorsque plongées sous l’eau, les notonectes se tiennent la tête à l’envers, l’abdomen faisant face à la surface. Les corises quant à elles nagent tête vers le haut (dos pointant vers la surface). De plus, les corises sont sombres sur le dessus et pâles en dessous. C’est l’inverse chez les notonectes. Enfin, les corises sont dorso-ventralement aplaties, alors que les notonectes ont un dos plus arrondi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Corise, vue dorsale

La famille Corixidae constitue la plus vaste famille d’hétéroptères (sous-ordre chez les hémiptères) aquatiques. On retrouve les corises tant dans les milieux aquatiques permanents que dans ceux qui sont temporaires – notamment nos piscines! Lorsqu’elles ne peuplent pas nos lieux de baignade artificiels, on peut les observer dans la végétation ou le substrat mou des zones littorales de lacs ou en bordure de cours d’eau à courant plus ou moins rapide. J’ai fait plusieurs observations pour ma part dans des flaques d’eau délaissées à marée basse en bordure du fleuve Saint-Laurent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Corise, vue ventrale

Contrairement aux autres hétéroptères aquatiques qui sont prédateurs, les corises sont plutôt omnivores. Au menu figurent détritus, algues et minuscules animaux aquatiques comme les protozoaires. Néanmoins, il semblerait qu’elles soient aussi capables de s’attaquer à de plus gros insectes (relativement à leur taille) comme des larves de moustiques (Culicidae) et de chironomes (Chironomidae). Elles s’alimentent en brassant le substrat à l’aide de leurs pattes antérieures qui ont une allure particulière : ces dernières sont en effet très courtes et ressemblent à de petites cuillères. Parfait pour brasser les sédiments fins! Quelques individus seraient également en mesure de faire des ponctions dans les plantes aquatiques et s’en nourrir.

Afin de plonger, entre autres, à la recherche de leur nourriture, les corises forment une bulle d’air sous leurs élytres, tel un plongeur charriant sa bonbonne d’oxygène. Selon Voshell (2002), elles peuvent passer davantage de temps sous l’eau que les autres hémiptères. Cela est possible parce que la bulle d’air permet un certain échange de l’oxygène avec le milieu aquatique; elle parvient donc à régénérer une partie de l’oxygène utilisé. Aussi, les mouvements de pattes effectués par les corises lorsqu’elles nagent contribueraient à augmenter l’efficacité de ce transfert d’oxygène.

Corixidae_PattesAnterieures
Pattes antérieures d’une corise; elles ressemblent à des cuillères

Fait intéressant, les corises – les mâles, mais également les femelles de certaines espèces selon ce que j’en ai lu – peuvent produire des stridulations afin d’attirer un potentiel partenaire. En effectuant des recherches pour la présente chronique, j’ai notamment pu lire que les stridulations d’une espèce en particulier avaient été étudiées et que le nombre de décibels produits par les individus atteignait un surprenant 99,2 décibels. Pour un si petit arthropode, cet exploit est notable! Selon le site Wired (voir section Pour en savoir plus ci-dessous), le niveau sonore est comparable au fait d’assister à un concert d’un orchestre symphonique assis à la première rangée.

Les adultes volent fort bien et peuvent se retrouver à nos portes et fenêtres, car ils sont attirés par lumières. J’en avais justement observé sur les toiles de collègues entomologistes lors de chasses de nuit.

Habitat_Corixidae
Habitat où j’ai observé mes plus récentes corises : plus précisément dans le substrat submergé sur la berge à droite

Merritt et Cummins (1996) indiquent que la majorité des hétéroptères sont peu sujets à la prédation et que cela serait dû à la présence de glandes odorantes. Ils ajoutent que les corises font exception et qu’elles constituent des proies de choix pour plusieurs organismes. On sait qu’elles sont dévorées par des poissons, comme on le voit dans cette émission de pêche dont je parle dans la chronique « Les bébittes du pêcheur ». L’animateur inspecte en effet le contenu stomacal des truites qu’il capture pour constater qu’il est composé de corises.

Non seulement les poissons sauvages en raffolent, mais il semblerait que les corises servent de nourriture pour les animaux de compagnie comme les tortues – et, bien sûr, les poissons d’aquariums! Mieux encore, notre arthropode serait associé à un mets ancestral de choix chez les Mexicains nommé Ahuautle. Plus précisément, il semblerait que les œufs de corises et de notonectes soient à la base de ce repas dont la traduction serait un dérivé du terme aztèque Nahualt signifiant « graines de la joie » (traduit de l’anglais seeds of joy, de la source BBC Travel citée ci-dessous). Ces œufs auraient été considérés par les Aztèques comme la nourriture des Dieux, rien de moins. De nos jours, ils constitueraient plutôt ce que les Mexicains appellent « le caviar de Mexico ».

Des œufs de corises avec votre cerveza, en ces chaudes journées?

Vidéo 1. Corise juvénile capturée dans des flaques délaissées à marée basse, le long du fleuve Saint-Laurent.

Vidéo 2. Corise qui effectue des mouvements de pattes au-dessus de son abdomen. Serait-ce une façon de recharger ses réserves d’oxygène en augmentant la circulation de l’eau autour de la bulle d’air qu’elle charrie?

Pour en savoir plus