Un insecte sur la neige ?

Ah ! Comme la neige a neigé !

L’hiver. Ce n’est sans doute pas la saison préférée des entomologistes.

Les invertébrés se font rares et sont généralement observés davantage dans les maisons qu’à l’extérieur.

Certains d’entre eux ont toutefois la capacité de survivre aux rigueurs de l’hiver… et se pointent le bout du nez !

C’est le cas de la mouche des neiges (genre Chionea).

Cette année, ce n’est pas un individu, mais bien deux que j’eus la chance d’observer.

Vidéo 1. Capsule DocBébitte informative au sujet de la mouche des neiges.

La pandémie battant son plein, mon conjoint et moi avons décidé d’utiliser notre temps de congé, pendant la période habituellement festive, pour faire de multiples randonnées dans des secteurs boisés. Lors de ces promenades, je pus donc apercevoir deux étranges insectes aptères (dépourvus d’ailes) se baladant sur la neige.

Peut-être en avez-vous déjà observé et pensé qu’il s’agissait d’araignées. En effet, les mouches des neiges possèdent des pattes plutôt longues et ont une démarche faisant penser à celle de certaines araignées à grandes pattes. Détrompez-vous, il s’agit bien de membres de l’ordre des diptères (le nom mouche est donc tout à fait approprié), en particulier de la famille Limoniidae (autrefois Tipulidae). D’ailleurs, ceux qui connaissent déjà les tipules leur trouveront un certain air de famille !

La première question qui nous vient à l’esprit lorsque l’on rencontre ce type d’insecte est « comment peuvent-ils bien survivre à l’hiver ? ». En fait, les mouches des neiges produisent des molécules de sucre (glycérol et tréhalose) dans leur hémolymphe, ce qui leur évite de geler. Bref, c’est comme si elles possédaient une sorte d’antigel circulant dans leur sang.

Premier spécimen observé lors d’une randonnée en milieu forestier

Et pourquoi l’absence d’ailes ? Les sources consultées évoquent comme hypothèse le fait que, à des températures sous 0 °C, il est plus difficile de générer suffisamment d’énergie pour garder fonctionnels des muscles servant au vol.

Enfin, pourquoi émerger pendant les mois d’hiver ? La réponse résiderait vraisemblablement dans la quasi-absence de prédateurs pendant ces mois plus rigoureux… quoique certains orthoptères et vertébrés comme des souris pourraient s’en nourrir.

La présence d’invertébrés actifs sous le couvert nival est déjà connue. Comme le précisent Paquin et coll. (2019), le couvert de neige constitue un isolant sous lequel se forme un espace de vie où la température avoisine les 0 °C. L’activité microbienne associée à la dégradation de la litière de feuilles contribue à former ce lieu propice à la vie des invertébrés, appelé habitat subnivéen, même pendant l’hiver.

Paquin et coll. ont confirmé que les mouches des neiges y étaient présentes et actives. Néanmoins, celles-ci semblent également s’aventurer hors de cet abri, puisqu’elles sont aperçues assez fréquemment, déambulant sur la neige.

En effectuant mes recherches, j’ai pu lire que certaines espèces du genre Chionea étaient en mesure de survivre jusqu’à des températures de -7,5 °C et -11,2 °C (selon l’espèce et l’étude). De façon générale, il semble toutefois être admis que ces individus puissent être observés régulièrement à des températures de 0 à -6 °C.

Même spécimen, recroquevillé. J’ai remarqué qu’ils prenaient cette pose lorsque dérangés.

Au Québec, une seule espèce – Chionea valga – était connue jusqu’à ce que Paquin et coll. (2019) collectent une seconde espèce – Chionea scita – lors de leurs recherches effectuées à l’hiver 2016-2017. Ces deux espèces se distinguent par la configuration des pièces génitales, leur coloration, ainsi que le nombre de segments antennaires (7 à 8 chez C. valga contre 13 chez C. scita).

Malheureusement, je n’étais pas munie d’un bon appareil photo lorsque je filmai et photographiai les deux individus aperçus et je ne me risquerai donc pas à les identifier fermement. Cependant, si vous avez la chance de croiser des spécimens de ce genre, sachez que de bonnes photographies des antennes vous seront utiles pour l’identification !

Qui a dit qu’il n’y avait pas moyen de faire de la photo d’insectes à l’extérieur pendant l’hiver ? Je vous souhaite de bonnes observations en cette année 2021 qui s’amorce !

Second spécimen, autre milieu forestier en montagne

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Genus Chionea – Snow Flies. https://bugguide.net/node/view/42998 (page consultée le 9 janvier 2021).
  • Marshall, S.A. 2009. Insects. Their natural history and diversity. 732 p.
  • Normandin, E. 2020. Les insectes du Québec. 620 p.
  • Paquin, P. et coll. 2019. Chionea scita – une deuxième espèce de mouche des neiges au Québec. Dans Nouv’Ailes 29 (1) – printemps 2019 : 6-7.
  • Wikipedia. Chionea. https://en.wikipedia.org/wiki/Chionea (page consultée le 9 janvier 2021).

Des insectes dans ma bouffe : du déjà vu!

Diptera_Framboise_2
Qui se cache dans ma framboise?

Je vous ai parlé à quelques reprises de ces arthropodes que nous mangeons par inadvertance chaque année :

Il semble en effet que ces petites bêtes que nous aimons tant se retrouvent fréquemment dans nos assiettes. C’est donc sans surprise que je me retrouve avec une autre anecdote « entomoculinaire » à vous relater!

Pendant les fêtes, je me suis amusée à cuisiner un dessert qui contenait bonne quantité de framboises. N’ayant pas utilisé tous les fruits achetés dans ma recette, je décidai de les partager lors d’un goûter en bonne compagnie. En jetant un regard à une framboise, je notai une irrégularité en son centre, comme s’il y avait un objet qui s’y cachait. En regardant de plus près, je vis ce qui ressemblait à une chenille. Eurêka! Une bête en hiver, juste pour moi!

Diptera_Framboise_1
Vue sur la larve de diptère

En manipulant davantage le fruit, la bête se réveilla et s’activa… pour me faire réaliser qu’il ne s’agissait pas d’une chenille, mais plutôt d’une larve de diptère (ordre Diptera, comprenant les mouches, moustiques et autres arthropodes de ce type).

J’ai mis la main sur une clé qui me permettra – j’espère bien – d’identifier la larve à un niveau plus précis que l’ordre. Entre temps, je vous partage ma trouvaille que vous pourrez apprécier dans les vidéos ci-dessous.

Une autre observation qui donne envie de jeter un coup d’œil à ses fruits avant de les gober tout rond! Bon appétit!

Vidéo 1. Larve de diptère qui se cachait au centre d’une framboise achetée à l’épicerie.

Vidéo 2. Larve observée de plus près alors qu’elle se déplace.

De l’aide pour la lutte aux scarabées japonais?

À la mi-juillet, un des lecteurs DocBébitte – et collègue entomologiste – m’écrivait afin de me parler d’un parasitoïde de plus en plus répandu au Québec qui pourrait nous donner un souffle nouveau dans la lutte aux gourmands et abondants scarabées japonais. Ce lecteur me transmettait, dans le même message, un hyperlien vers un site qui décrivait davantage la situation (Les vivaces de l’Isle; voir section Pour en savoir plus).

Peu après la réception de ce commentaire, j’eus la chance d’observer moi-même deux scarabées parasités, dont un qui semblait mort. Je pus prendre des clichés et vidéos de ce dernier, qui semblait complètement figé sur place. À la suite de ces observations, j’effectuai quelques recherches supplémentaires et je souhaitais aujourd’hui vous partager mes trouvailles.

Scarabée japonais parasité
Scarabée japonais parasité

Tout d’abord, les traces du parasitoïde en question sont facilement visibles : elles consistent en un ou plusieurs œufs blancs pondus sur le thorax des scarabées, soit la partie verdâtre située tout juste derrière leur tête. Ces œufs sont celle d’une mouche – Istocheta aldrichi – qui origine elle aussi du Japon.

La larve qui émerge de l’œuf pénètre dans le scarabée et se nourrit de ses tissus internes. Le scarabée s’en retrouve rapidement paralysé. Ensuite, la larve bien nourrie forme une pupe et passe l’hiver sous cette forme, à l’abri, dans la carcasse vidée du scarabée. La carcasse immobile que je pus observer constituait sans doute de tels restes. Ce qui me surprit, cependant, c’est que le scarabée était bien fixé à la feuille et demeurait ainsi très visible. Un prédateur (oiseau?), aurait-il pu avaler le tout – scarabée et parasitoïde inclus? À ce que j’ai pu en lire, les scarabées infestés auraient plutôt tendance à s’enfouir. Avez-vous fait des observations qui diffèrent de ces dires, comme ce qui semble être mon cas?

Fait intéressant, les femelles sont davantage infestées que les mâles. Notre mouche profiterait en effet de la plus grande immobilité des femelles en période d’accouplement pour y pondre ses œufs. Et cela est d’autant plus intéressant – du point de vue de la lutte biologique –, car les femelles parasitées mourraient avant d’être en mesure de pondre leur précieuse cargaison (40 à 60) d’œufs. Cela étant dit, les mouches sont susceptibles de pondre jusqu’à une centaine d’œufs sur une période d’un mois. C’est que ça en fait beaucoup de scarabées potentiellement parasités!

Le coléoptère parasité était agglutiné à la feuille, immobile
Le coléoptère parasité était agglutiné à la feuille, immobile

L’œuf du parasitoïde vu de plus près
L’œuf du parasitoïde vu de plus près

Notre diptère allié a été introduit au New Jersey en 1922, pour des raisons de lutte biologique… justement contre le scarabée japonais qui y faisait ravage depuis 1912. Il est demeuré cependant très discret… trop sans doute pour ceux qui espéraient voir cette espèce décimer les populations de scarabées japonais. Les cas de parasitisme n’auraient été réellement recensés que plusieurs décennies plus tard, dans les années 1970. En effet, au New Jersey, le climat engendrait un décalage entre la mouche et le scarabée, rendant peu efficace son introduction. Néanmoins, la mouche est parvenue à s’établir plus au nord et – de toute évidence – à y proliférer. Au Canada, les premières observations de I. aldrichi sont très récentes et datent de 2013 ou 2014 (varie selon les sources), en Ontario.

Vous pouvez voir une très belle photo de cette mouche sur le site Le Jardinier paresseux (voir section Pour en savoir plus). Elle ne fait que 5 mm de longueur. Malgré sa petite taille, gardez l’œil ouvert : elle peut être observée dans nos plates-bandes, puisqu’elle se nourrit de nectar.

Plus précisément, deux des sites consultés énumèrent quelques plantes que notre mouche parasitoïde affectionne. Elles incluent de multiples plantes typiques de nos plates-bandes et jardins comme les asters, les marguerites, les rudbeckies, l’origan et la coriandre. Je vous suggère de jeter un coup d’œil à ces sites (Les vivaces de l’Isle, Le Jardinier paresseux), qui pourraient vous donner des idées si vous souhaitez prendre des mesures encourageant la présence de cette mouche parasitoïde.

Dans la même veine, les experts recommandent d’éviter de tuer les scarabées qui sont parasités. En outre, il semble que les insecticides soient plus nocifs pour les mouches (que l’on veut voir se multiplier) que pour nos coléoptères ravageurs.

En tant qu’écologiste, je dois enfin me garder une petite réserve. Cette mouche, bien qu’utile dans la lutte aux scarabées japonais, pourrait-elle s’avérer nocive pour des insectes indigènes que l’on cherche à protéger? Souvent, lorsque l’on introduit une espèce exotique, on se retrouve avec des effets imprévus sur les organismes qui étaient déjà présents dans l’environnement… Espérons que la venue de cette mouche dans nos jardins sera uniquement synonyme de saine lutte biologique! Je garderai certainement un œil ouvert pour la suite des événements!

Pour votre information : Espace pour la vie a émis une publication sur sa page Facebook au mois de juin et invite les personnes qui observent des œufs sur le thorax des scarabées japonais à signaler leurs observations par le biais de son site Internet : https://monespace.espacepourlavie.ca/en/identify-insect

 

Vidéo 1. Scarabée japonais immobile (et sans doute mort) que j’ai filmé à la fin du mois de juillet 2018, en Montérégie.

 

Pour en savoir plus

Petites mouches, grosses piqûres!

Lors de la précédente publication DocBébitte, je vous présentais de mystérieux insectes munis de deux appendices plumeux faisant penser à des antennes paraboliques. Non, ce n’était pas une structure conçue pour obtenir un plus grand nombre de canaux télévisés! Il s’agissait plutôt de panaches de soies flanqués sur la tête de deux larves de Simuliidae – les fameuses mouches noires!

Simuliidae avant-après
Petite, mais terrifiante! Avant et après mon don de sang!

Les adultes Simuliidae sont sans contredit bien connus des humains, puisqu’ils s’en délectent. Comme chez les autres diptères piqueurs (notamment les maringouins), ce ne sont que les femelles qui piquent. Elles s’offrent un repas de sang riche en protéines avant de pondre leurs œufs dans un milieu aquatique adjacent. Ce sang favorise le sain développement des œufs. Ainsi, malgré qu’elles soient peu aimées à cause de leurs habitudes alimentaires, il s’agit de bonnes mères qui prennent tous les moyens nécessaires pour s’assurer que leurs rejetons ont les meilleures chances de survie!

Notez le rond rouge qui se forme déjà sur le site de la morsure
Notez le rond rouge qui se forme déjà sur le site de la morsure

Ce n’est pas un hasard si j’ai choisi de vous parler des simulies à ce moment-ci. Au mois de juillet, nous avons passé une semaine dans un chalet situé entre un lac et une rivière (j’en parlais ici). Le secteur était en outre très marécageux et les différents diptères piqueurs québécois y proliféraient en grand nombre : moustiques, simulies et Tabanidae (mouches à chevreuil et mouches à cheval). Il ne manquait (heureusement) que les brûlots (Ceratopogonidae).

Je réagis fortement aux piqûres des Simuliidae
Je réagis fortement aux piqûres des Simuliidae

Pendant ce séjour, je me suis constituée une vaste collection de piqûres de toutes sortes. J’ai également pris des photographies et une vidéo d’une simulie à l’œuvre, en train de me croquer! Ce que je notai, c’est que je réagissais nettement plus aux piqûres de ces simulies, les Tabanidae – pourtant beaucoup plus gros – venant en deuxième et les maringouins, en dernière position. La morsure des simulies produisait chez moi un petit point très rouge, lequel devenait rapidement entouré d’une zone enflée de la taille d’une pièce de 2 dollars. Le tout piquait pendant 2 à 3 jours, avec une sensation d’échauffement omniprésent pendant les premières 24 heures. L’application de deux différents produits « anti-démangeaison » n’apportait que très peu de soulagement.

Je savais que les gens réagissaient différemment aux piqûres de ces insectes depuis que j’en avais rencontré en vaste abondance en faisant du terrain lors de ma maîtrise et de mon doctorat. Je notai assez rapidement que mes collègues étaient nettement moins incommodés que moi par les piqûres – qui ne laissaient chez eux que peu ou pas d’irritation. Par ailleurs, j’avais aussi noté que les simulies étaient particulièrement attirées par moi; c’est dire que j’ai du bon sang! Trêve de plaisanteries, je serais curieuse de connaître votre perception à ce sujet : à quel type de diptère piqueur réagissez-vous le plus? Avez-vous déjà noté une différence?

Heureusement, nous sommes chanceux au Québec. Bien que désagréable, la morsure des simulies ne conduit pas à de graves conséquences… Bug Guide indique cependant qu’une victime d’attaques soutenues peut présenter, entre autres, des maux de tête et des nausées, ce que je ne savais pas!

En voyage en Islande, nous étions assaillis par les mouches noires (voir autour de ma tête)
En voyage en Islande, nous étions assaillis par les mouches noires (voir autour de ma tête)

Il n’en est pas de même partout dans le monde. En effet, les mouches noires sont d’importants vecteurs de maladies chez les humains et le bétail dans les pays tropicaux. Elles sont notamment responsables de la transmission du nématode Onchocerca volvulus qui est à l’origine d’une maladie appelée « cécité des rivières » (onchocercose). Entre vingt et quarante millions de personnes (selon les sources) sont présumées souffrir de cette affliction qui, comme son nom le suggère, cause notamment la cécité. Cela dit, ce ne sont pas toutes les espèces de simulies qui s’attaquent aux humains. Par exemple, certaines sont spécialisées dans les oiseaux, alors que d’autres ne se nourriraient simplement pas de sang. Cela pourrait expliquer une observation particulière que nous avions effectuée en voyage en Islande : lors d’une excursion, nous nous sommes retrouvés entourés d’une très grande quantité de mouches noires. Pourtant, bien qu’omniprésentes, elles ne semblaient simplement pas nous piquer. Peut-être étaient-elles attirées par notre chaleur et notre odeur… mais que nous ne constituions pas un mets de choix?

Vous avez sans doute remarqué qu’on retrouve les simulies près des milieux aquatiques. Ce qu’il faut savoir, c’est que les larves évoluent sous l’eau. Plus précisément, les larves de simulies abondent dans les cours d’eau où il y a une certaine circulation (milieux dits lotiques). Selon l’espèce, on peut les observer dans de petits cours d’eau frais et rapides, ou encore dans de plus grandes rivières où le courant est plus lent. Dans ces milieux, les larves parviennent à s’attacher au substrat à l’aide d’une ventouse disposée tout au bout de leur abdomen et entourée d’un cercle de petits crochets. Elles y ajoutent un peu de soie collante, qu’elles produisent à l’aide de leurs pièces buccales.

Simuliidae 3 larves
Larves de Simuliidae

La soie qu’elles produisent peut également servir de ligne de sécurité, dans le cas où elles se retrouveraient délogées par le courant. Cela leur permet de retrouver le chemin vers leur position d’origine. J’avais remarqué cette capacité des larves à tisser de la soie lors de mes études. En revenant d’une sortie sur le terrain, nous avions mis les sacs d’invertébrés capturés au réfrigérateur. Le lendemain, en voulant trier les organismes, nous nous sommes rapidement retrouvés enchevêtrés dans de petits fils que les larves tissaient… Il faut dire que celles-ci sont très tolérantes au froid (ce que je ne savais pas avant ce moment-là!) et qu’elles reprenaient vie alors que l’on tentait de les manipuler.

Les larves possèdent d’autres caractéristiques étonnantes. Comme je le présentais dans la devinette de la semaine dernière, elles sont munies d’un étrange éventail, situé de chaque côté de la bouche, appelé labial fan par les sources anglophones que j’ai consultées. Je me demandais quelle pouvait bien être la traduction française de ce terme lorsque je tombai sur Moisan (2010) qui les qualifie de « panaches de soies ». Me voilà maintenant plus instruite!

Abdomen d’une larve – notez l’anneau de crochets
Abdomen d’une larve – notez l’anneau de crochets

Ces deux appendices servent à capturer les diverses particules en suspension dans l’eau. Nos larves se délectent donc de tout ce que le courant peut leur amener de bon : fines particules de détritus variés, microorganismes algues et bactéries. C’est une fois que les particules ont été capturées dans leurs panaches qu’elles amènent ces derniers vers leur bouche, de sorte à en déguster le contenu.

Cela dit, ce ne sont pas toutes les espèces qui possèdent des panaches de soies. Celles qui n’en sont pas munies se contentent de brouter les algues et les détritus qui poussent et se déposent sur le substrat auquel elles sont accrochées. Et justement, quel substrat constitue un bon habitat pour une mouche noire en devenir? Selon les sources consultées : tout ce qui est solide! Non seulement les larves colonisent les substrats naturels comme les pierres, les troncs, les branches et la végétation aquatique, on les retrouve également sur les supports anthropiques comme les poutres en bois, le béton, le plastique et le métal.

1.Est-ce pour obtenir plus de canaux que ces insectes portent de telles structures?
Les deux larves figurant sur la devinette de la semaine dernière – et leurs panaches de soies!

Leur capacité de coloniser un milieu est impressionnante : les larves sont parfois présentes en si grande densité qu’elles recouvrent presque toute la parcelle du cours d’eau examiné. Chez certaines espèces territoriales, une certaine distance est respectée entre les individus. Lorsqu’un voisin s’aventure trop près, la larve qui veille à son territoire tentera de le mordre afin qu’il rebrousse chemin. Chez d’autres espèces, cependant, les individus peuvent s’entasser à un point tel que l’on ne voit qu’un amas noir tapissant le fond de l’eau. Fait intéressant, dans les « colonies » très denses, les simulies profitent de la proximité de leurs voisins pour filtrer et s’alimenter… de leurs excréments! Voilà une source de nourriture facile à récupérer!

Pour terminer, je ne pourrais compléter cette chronique sans vous parler de l’aspect « santé » des cours d’eau – de mes dadas! De façon générale, la famille Simuliidae est identifiée comme étant assez tolérante à la pollution. Voshell (2002) précise cependant que cette sensibilité varie entre les différentes espèces : plusieurs sont en effet tolérantes, alors que certaines sont plus sensibles. Selon ce dernier, l’abondance des larves tend à augmenter lorsque l’on retrouve un peu plus de polluants amenant des détritus et de la nourriture (algues et microorganismes) en suspension. Toutefois, une trop grande charge de nutriments qui conduirait à la prolifération d’algues sur le substrat ou à la réduction des concentrations en oxygène aurait plutôt un effet négatif sur les populations de simulies. Cela est notamment dû au fait que les larves éprouveront de la difficulté à s’attacher au substrat si ce dernier est recouvert d’algues et de détritus. Ironiquement, donc, c’est le long des cours d’eau plutôt propres – ceux auprès desquels on veut s’installer en été – que l’on risque de rencontrer de vastes nuées de mouches noires prêtes à nous croquer!

Vidéo 1. Je me suis laissée dévorer tout rond, simplement pour pouvoir vous présenter cette vidéo! Je me suis sacrifiée pour vous! Vous pouvez monter le volume pour entendre certains commentaires que j’émets pendant la vidéo – et mettre en définition HD!

Pour en savoir plus

  • Bug Guide. Family Simuliidae – Black Flies. http://bugguide.net/node/view/16613
  • Hauer, F.R., et G.A. Lamberti. 2007. Methods in stream ecology. 877 p.
  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Moisan, J. 2010. Guide d’identification des principaux macroinvertébrés benthiques d’eau douce du Québec, 2010 – Surveillance volontaire des cours d’eau peu profonds. 82 p. Disponible en ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/macroinvertebre/guide.pdf
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.
  • Wikipédia. Onchocercose. https://fr.wikipedia.org/wiki/Onchocercose

Ni un moustique ni une tipule : les Dixidae!

Dixidae Larve
Larve de Dixidae dans ma main; il s’agit de petits insectes

Dixidae Larve 2
Larve de Dixidae observée au microscope

Dixidae Larve 3
Larves de Dixidae prélevées dans mon étang; on voit leur position typique en « U »

En voyant les prévisions météorologiques des prochains jours, je me suis dit que ce serait une bonne idée de vous parler d’invertébrés aquatiques. Après tout, ce sont les seuls qui seront enchantés par la surabondance de pluie prévue!

Trêve de plaisanteries! Je compte en fait vous entretenir au sujet d’un groupe peu connu : la famille Dixidae. Il s’agit de petites mouches (ordre des diptères) dont les larves présentent des caractéristiques faciles à reconnaître. Naturellement, vous aurez deviné que ces dernières prennent naissance et passent la totalité de leur stade larvaire sous l’eau!

Je ne connaissais pas ce groupe lorsque j’échantillonnais les rivières du Québec méridional pendant ma maîtrise et mon doctorat. C’est plutôt grâce au petit étang à poissons situé sur ma propriété (voir cette chronique), que je fis leur connaissance. J’en trouvai également à quelques reprises dans la piscine, lorsque nous tardâmes à la démarrer parce qu’elle était brisée.

En effet, ces larves préfèrent les habitats où le courant est lent. En particulier, elles sont observées plus fréquemment dans les zones d’eau peu profonde, dominées par les herbiers de plantes aquatiques et situées en bordure de cours d’eau et de plans d’eau variés. Elles sont typiquement observées à la surface de l’eau, au repos, leur corps formant une sorte de U inversé : tête dans l’eau, milieu du corps légèrement au-dessus de l’eau et bout de l’abdomen frôlant la surface.

Leur mode de locomotion est double : parfois, elles nagent en pliant et dépliant rapidement leur abdomen. Elles sont aussi capables de ramper et de grimper sur des objets humides situés à la marge du milieu aquatique où elles évoluent. En ce qui concerne leurs habitudes alimentaires, leurs pièces buccales sont munies de franges poilues qui leur permettent de filtrer l’eau qu’elles font circuler près de leur bouche. C’est ainsi qu’elles parviennent à collecter des détritus de tous genres : algues, microorganismes, débris végétaux, etc. Les larves matures seraient également en mesure de brouter les algues et microorganismes qui se déposent sur les végétaux et les roches.

À l’instar d’un bon nombre d’espèces de moustiques (cette chronique), les jeunes Dixidae « respirent » sous l’eau en aspirant l’air présent au-dessus de l’eau à l’aide de stigmates situés au bout de leur abdomen. Toutefois, contrairement aux moustiques qui possèdent un tube respiratoire, les stigmates des Dixidae ne trônent pas au sommet d’une telle protubérance. J’ai pensé bon vous présenter une photographie où l’on peut comparer les deux mécanismes. On y voit notamment les stigmates du Dixidae – deux petits ronds sombres tels des « yeux ».

Dixidae vs Culicidae 1
Dixidae à gauche versus Culicidae (moustique) à droite

Quand vient le temps de se métamorphoser, les larves se hissent hors de l’eau et se transforment en pupe. Elles choisissent un endroit frais et à l’abri de toute dessiccation, habituellement très près du milieu aquatique d’origine.

L’adulte qui en émerge ressemble beaucoup à un maringouin, ou encore à une petite tipule. Tout petit (5 mm ou moins), son corps est allongé et est muni de longues pattes fines. Il ne pique pas et s’avère, par conséquent, inoffensif. En visionnant quelques photographies sur BugGuide d’adultes Dixidae, j’ai réalisé que j’en avais possiblement déjà pris en photographie, mais que je les avais confondus pour une petite espèce de tipule. J’observe annuellement de petits individus correspondant à ce signalement près de mon étang. Au moment de l’écriture du présent billet, je dois cependant vous avouer bien humblement que je ne me sens pas habilitée à identifier les adultes hors de tout doute et que j’ai encore beaucoup à apprendre. Les intéressés pourront néanmoins tenter leur chance à l’aide des précisions offertes par les diverses sources citées à la section « Pour en savoir plus ». Peut-être aurais-je moi-même l’occasion de vous en parler plus en détail lors d’une prochaine chronique!

Dixidae vs Culicidae 2
Les terminaisons de l’abdomen sont faciles à distinguer – Dixidae à gauche et Culicidae à droite

Les larves, en revanche, ne ressemblent à aucun autre diptère et il est aisé de les identifier d’un simple coup d’œil. Examinez attentivement le bout de leur abdomen : il est constitué de deux lobes bordés d’une frange de poils, lesquels encadrent un appendice pointu qui est, lui aussi, muni de plusieurs poils. Le corps a sensiblement le même diamètre du bout de l’abdomen à la tête, contrairement à la larve du maringouin dont les segments du thorax sont fusionnés pour former un segment nettement plus large que le reste du corps. Étant donné que ces deux groupes partagent les mêmes milieux de vie et qu’ils ont une allure similaire, ils risquent plus facilement d’être confondus!

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à aller observer les insectes qui semblent flotter en marge d’étangs, de lacs ou de rivières calmes… lorsque la pluie aura cessé, bien sûr! Bonne fin de semaine malgré tout!

 

Vidéo 1. Larves de Dixidae observées au microscope. Vers le milieu de la vidéo, on peut voir le mouvement exercé par les pièces buccales d’un des individus.

 

Vidéo 2. Mouvement et position typique en « U » des larves de Dixidae.

 

Pour en savoir plus

  • Borror, D.J. et R.E. White. 1970. Peterson Field Guides – Insects. 404 p.
  • Bug Guide. Family Dixidae – Meniscus Midges. http://bugguide.net/node/view/193839
  • Marshall, S.A. 2009. Insects. Their natural history and diversity. 732 p.
  • Merritt, R.W. et K.W. Cummins. 1996. Aquatic insects of North America. 862 p.
  • Thorp, J.H., et A.P. Covich. 2001. Ecology and Classification of North American Freshwater Invertebrates. 1056 p.
  • Voshell, J.R. 2002. A guide to common freshwater invertebrates of North America. 442 p.
  • Wikipedia. Dixidae. https://en.wikipedia.org/wiki/Dixidae