Capsule vidéo : Mon premier élevage de chenilles – Partie 1

Cet été, j’ai eu la chance de réaliser mon tout premier élevage de chenilles.

L’activité m’a permis de prendre de multiples photos et vidéos, que je vous présente avec plaisir dans le cadre de cette première capsule décrivant les péripéties d’un élevage de chenilles à partir de zéro.

La vidéo se termine avec une question pour vous : combien croyez-vous que nous avons amené de chenilles en vacances avec nous autour du Québec ?

Vous pouvez répondre à cette question dans la section des commentaires liée à la capsule YouTube ou sur la page Facebook DocBébitte !

Bon visionnement !

Joyeuse Halloween 2021 !

Vous avez vu passer la publication sur la page Facebook DocBébitte au sujet de cartes de « faits amusants » que j’ai préparées pour l’Halloween et voulez en savoir plus ?

Vous êtes passés chez DocBébitte cette Halloween, avez entre les mains une telle carte et voudriez voir celles que vous avez ratées ?

Peut-être cherchez vous de l’inspiration pour préparer une surprise similaire pour une autre occasion ?

Qu’à cela ne tienne ! Je vous partage, dans une galerie photo ci-dessous, l’ensemble des petits faits amusants que j’ai concoctés cette année pour les « Halloweeneux » qui seront passés par chez moi !

Et j’en profite pour vous souhaiter une joyeuse Halloween… pleine de bêtes étranges ! Mouhahahaha !

DocBébitte en bref : les papillons aiment aussi le sushi !

Ces papillons tigrés s’y prenaient à trois sur ce poisson mort

Ah, les papillons !

Ces charismatiques organismes qui réconcilient bon nombre d’humains au monde des arthropodes.

On les imagine butinant de jolies fleurs colorées… mais moins souvent se nourrissant de fientes et de cadavres !

C’est pourtant bien le cas de plusieurs espèces de lépidoptères, dont le papillon tigré du Canada (Papilio canadensis).

Lors d’un périple autour d’un lac, plus tôt cet été, je pus en observer trois en plein délit de gourmandise… sur un petit poisson mort ! Ils étaient tellement affairés à se goinfrer que j’eus le temps de prendre de multiples photos et vidéos de très près. Je vous invite d’ailleurs à visionner le court montage vidéo que je vous ai concocté à la fin de la présente chronique.

Deux des papillons, vus de plus près

Il y a quelques années, j’avais documenté des individus s’alimentant de fientes de canards (cette chronique). Je savais donc déjà que le doux nectar des fleurs ne constituait pas le seul aliment à leur menu.

Quel est l’intérêt, me direz-vous, de manger les restes d’animaux morts et les fientes ? La réponse réside dans leur contenu : des éléments nutritifs essentiels à la survie !

D’ailleurs, Handfield (2011) fait état, dans son ouvrage, d’observations de nombreux papillons tigrés du Canada massés autour de mares d’eau pour en tirer du sodium, ou encore se nourrissant de fumier, d’excréments de chiens et d’animaux en décomposition.

Bref, quand il est question de survivre, nos beaux papillons sont loin de faire la fine bouche. Un peu de sushi avec ça ?

Pour en savoir plus

  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.

Un bijou dans la nuit : le polyphème d’Amérique

Découverte d’une grosse chenille verte à l’île aux Lièvres

Vous êtes plusieurs à avoir deviné que l’insecte-mystère de la dernière publication était l’un de nos plus gros papillons de nuit québécois : le polyphème d’Amérique!

En effet, avec ses 10 à 15 cm d’envergure, il s’agit d’un insecte fort impressionnant, en deuxième position du palmarès des plus gros papillons nocturnes québécois derrière la saturnie cécropia.

La chenille, pouvant atteindre une longueur de 7,5 cm, est tout aussi imposante.

La chenille est de grande taille

C’est en farfouillant dans mes photos de l’été dernier que j’eus l’idée de vous parler du polyphème. J’avais eu la chance d’observer et de photographier une grosse chenille verte lors d’un périple à l’île aux Lièvres. Il s’agissait de la larve du polyphème d’Amérique (Antheraea polyphemus), un lépidoptère de la famille Saturniidae.

Autre vue sur la chenille

Verte, ornée de tubercules oranges, elle se distingue aisément de la plupart des autres espèces. Elle peut être confondue avec la chenille du papillon lune (Actias Luna), laquelle porte cependant une bande longitudinale jaune que l’on ne retrouve pas chez le polyphème. De plus, la chenille du polyphème a une tête brune, alors que celle du papillon lune est verte. Dernier truc : les bandes jaunes obliques qui parsèment l’abdomen se situent au niveau des stigmates chez le polyphème, alors qu’elles sont logées entre chaque segment abdominal chez le papillon lune.

L’adulte est unique en son genre. Il ne peut être confondu avec d’autres papillons québécois. Sa robe est beige rosé ou cannelle. Ses ailes sont flanquées de motifs qui rappellent des yeux. Ces derniers servent, comme on pourrait s’y attendre, à intimider les prédateurs, qui croient sans doute avoir devant eu une bête quelconque de plus large taille. Peut-être un dragon, comme je le laissais entendre dans la dernière devinette, qui sait?

Le mâle est un peu plus petit, mais ses antennes sont bien plus plumeuses que celles des femelles. Il s’en sert pour détecter les phéromones émises par ces dernières. Et on peut dire que ce sont des antennes à haute réception, puisque le mâle peut déceler les phéromones jusqu’à un kilomètre de distance!

Le grandiose polyphème d’Amérique

La principale période d’activité du mâle et de la femelle a lieu pendant la nuit. Nocturnes, ces papillons sont toutefois attirés par les lumières, ce qui permet de les observer aux pièges lumineux ou, si l’on est chanceux, près de nos demeures.

Les ailes comprennent des tons de rosé et de cannelle

Les sources que j’ai consultées indiquent que la chenille est capable d’émettre un clappement audible avec ses mandibules. Il semblerait que la fonction associée à cette action n’ait pas encore été élucidée; néanmoins, chez des chenilles élevées en groupe, ce comportement s’avérerait contagieux! Si une chenille émet un clappement, cela en incitera d’autres à en faire de même!

Les plantes-hôtes préférées des chenilles sont multiples et elles ne font point la fine bouche ! Ainsi, elles se délectent des feuilles de nombreux feuillus, incluant les bouleaux blancs, les ormes, les chênes, les érables et les peupliers… pour n’en nommer que quelques-uns !

Il n’est donc pas surprenant de voir voler les adultes dans les forêts de feuillus, les boisés urbains, les friches arborescentes et la lisière des bois. À cet effet, ceux-ci peuvent être observés en vol de la mi-mai au début du mois d’août. Ils sont abondants dans le sud du Québec et le long du fleuve Saint-Laurent, jusque dans les maritimes, quoiqu’absents de l’île d’Anticosti et de Terre-Neuve selon Handfield (2011) et Leboeuf et Le Tirant (2018).

Le mâle possède des antennes plumeuses

Le terme « polyphème » prend ses sources dans la mythologie grecque. Polyphème était un cyclope géant, fils de Poséidon et de la nymphe Thoossa, qui captura Ulysse et ses compagnons afin de les dévorer. Ulysse évita toutefois la catastrophe en crevant l’unique œil de Polyphème et en s’échappant, caché sous les brebis du cyclope maintenant rendu aveugle.

« L’œil » unique sur l’aile postérieure

Histoire fascinante, n’est-ce pas?

C’est donc l’œil unique marquant chaque aile inférieure du polyphème qui contribua à le baptiser en l’honneur d’un cyclope!

Que l’on aime la mythologie ou non, on ne peut rester de marbre devant le somptueux polyphème d’Amérique. D’ailleurs, Handfield (2011) indique que ce fascinant papillon a déjà été surnommé le « bijou de la nuit ». Un nom qui sied bien à l’un de nos plus gros et beaux lépidoptères nocturnes!

Pour en savoir plus

  • Bartlett Wright, A. 1993. Peterson First Guide to Caterpillars of North America. 128 p.
  • Beadle, D. et S. Leckie. 2012. Peterson field guide to moths of Northeastern North America. 611 p.
  • Bug Guide. 2005. Species Antheraea polyphemus – Polyphemus Moth – Hodges#7757. https://bugguide.net/node/view/427 (page consultée le 31 mars 2021).
  • Dubuc, Y. 2007. Les insectes du Québec. 456 p.
  • Handfield, L. 2011. Guide d’identification – Les papillons du Québec. 672 p.
  • Leboeuf, M. et S. Le Tirant. 2018. Papillons de nuit et chenilles du Québec et des Maritimes. 335 p.
  • Normandin, E. 2020. Les insectes du Québec. 620 p.
  • Wagner, D.L. 2005. Caterpillars of Eastern North America. 512 p.
  • Wikipédia. Polyphème. https://fr.wikipedia.org/wiki/Polyph%C3%A8me (page consultée le 31 mars 2021).

Les sapins en perdent la tête : tordeuse des bourgeons de l’épinette!

Au début du mois de juillet dernier, j’ai fait une petite escapade au parc de la Gaspésie.

Aussitôt entrés dans le parc, nous remarquâmes la vaste quantité de conifères de couleur rouille, comme s’ils avaient tous été brûlés.

À des lieues à la ronde, on ne voyait que du brun orangé. Ma première réflexion : un mois de juin très chaud et sec qui aurait sans doute affecté la croissance de ces arbres?

Ce n’est que plus tard que je découvris le pot aux roses.

Ma première observation: petite chenille inoffensive au bout de son fil…

Une fois confortablement installés, le soir de notre arrivée, je fis une tournée de notre petit coin de camping. Un des tout premiers insectes que je pris en photo était une drôle de chenille, pas si grosse, qui me pendait au bout du nez. À ce moment, je n’avais pas encore pensé regarder vers le haut. Sinon j’aurais eu toute une surprise. Mais le soir approchait et je rebroussai chemin.

Le lendemain allait être plus propice à la découverte des lieux de toute façon!

C’est en effet le lendemain, en arpentant le sentier bien connu conduisant au lac aux Américains, que je réalisai l’ampleur du désastre. Les mêmes chenilles nous pendaient partout au visage. Les résineux en étaient infestés.

De qui s’agissait-il?

De la fameuse tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana), un lépidoptère de la famille Tortricidae.

Et elle était la cause de notre observation initiale : des résineux desséchés… car largement dévorés. Partout. Toutes les montagnes. Des kilomètres à la ronde!

Conifères défoliés et brunâtres: c’est l’œuvre de la tordeuse des bourgeons de l’épinette!

Plus précisément, les pointes des conifères étaient mangées, mais aussi emberlificotées dans des fils de soie – des tonnes – tissés par les chenilles.

En dépit de son nom, la tordeuse des bourgeons de l’épinette a un faible plus prononcé pour le sapin baumier. Selon le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), cela serait attribuable à un développement de la tordeuse mieux synchronisé avec le celui des nouvelles pousses de sapins. Néanmoins, la chenille est susceptible de se nourrir des pousses d’épinettes blanches et, dans une moindre mesure, d’épinettes rouges et noires. En période épidémique, elle peut même s’attaquer à d’autres essences résineuses.

La chenille est brune ou verdâtre tachetée de blanc ou blanc crème. Sa tête est noire ou brune. Les chenilles matures atteignent 25 mm.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette

Celles aperçues au début du mois de juillet en étaient vraisemblablement à leur dernier stade larvaire – qui s’observe généralement vers la fin juin. Elles dévorent les nouvelles pousses des conifères, confortablement installées dans l’abri qu’elles tissent et qui se compose également de leurs déjections, de débris et d’aiguilles.

J’ai remarqué qu’elles se déplaçaient légèrement hors de ces abris, mais s’y réfugiaient rapidement dès qu’un peu dérangées – dans ce cas-ci, par mon copain et moi qui tentions de les photographier de près. De plus, j’ai observé qu’elles étaient nombreuses à sortir de leur cachette pour se laisser glisser plus bas, au bout de leur fil, sur le plant qu’elles occupaient, sans doute à la recherche de pousses fraîches à croquer. Selon les sources consultées, elles peuvent aussi, de cette façon, se laisser porter par le vent vers de nouvelles aires d’alimentation. Ce qui devait être une mission quasi impossible étant donné l’infestation démesurée qui se présentait sous nos yeux. Il ne restait pas de pousses intouchées!

Il faut ajouter que, plutôt que de se retrouver sur de nouvelles pousses, elles se retrouvaient souvent en plein dans notre figure… et celle des autres randonneurs. Il fallait garder la bouche bien fermée!

Tordeuse dans l’abri qu’elle a tissé. Il se compose aussi d’aiguilles et de déjections.

Au moment de notre passage, quelques chrysalides étaient déjà visibles. C’est après 10 à 14 jours qu’en émergent les adultes, de petits papillons tachetés d’une vingtaine de millimètres d’envergure. Ceux-ci ne se nourrissent point et vaquent plutôt à chercher un partenaire pour se reproduire. On peut les observer en vol au Québec de la mi-juillet à la fin août. Ils peuvent notamment être attirés aux pièges lumineux.

Les chrysalides étaient également nombreuses

Les femelles fécondées pondent quelque 200 œufs, déposés en petites masses de 10 à 50 unités (varie selon les sources consultées) sur la face intérieure des aiguilles des conifères. Les chenilles qui en émergent s’affairent rapidement à préparer un abri qui leur permettra de survivre aux rigueurs de l’hiver. Ce dernier, construit dans les crevasses des écorces, les lichens ou tout autre substrat convenable, se nomme hibernaculum. Elles y passeront leur second stade larvaire.

Le printemps venu, les jeunes chenilles grimpent jusqu’à l’extrémité des branches pour se nourrir d’abord de pollen, jusqu’à ce que les bourgeons s’ouvrent. Pendant cette période, elles peuvent également se nourrir des aiguilles des années précédentes ou encore des cônes.

L’espèce est indigène au Québec. Commune, elle présente des pics d’abondance cycliques. Les « épidémies » se produisent tous les 29-30 ans, environ. Selon le site du MFFP, les épidémies précédentes auraient été recensées pour les années 1909, 1938, 1967 et 1992. Si l’on additionne environ 30 ans, on peut conclure que 2020 est près de l’intervalle où la probabilité d’une épidémie est élevée. Ressources Naturelles Canada (Gouvernement du Canada 2020) écrivait qu’en 2019, plus de 9,6 millions d’hectares forestiers avaient subi une défoliation jugée de modérée à sévère, suggérant un certain degré d’infestation dans les années récentes.

Comme vous pouvez vous en douter, la tordeuse des bourgeons de l’épinette, aussi nommée « TBE », est susceptible de causer bien des dommages aux peuplements forestiers. Elle est considérée comme une peste, causant la perte d’importantes ressources ligneuses. Pis encore, Leboeuf et Le Tirant (2018) indiquent qu’il s’agirait du pire fléau des forêts dans l’est du pays!

Cela fait d’elle un insecte attentivement étudié : elle est l’objet de suivis à l’échelle de la province. Ainsi, un système de détection s’appuyant sur un réseau de stations permanentes a été élaboré pour suivre son développement et sa distribution. De même, des activités de prévention et des actions visant une lutte directe ont été élaborées et peuvent être utilisées au besoin.

À cela s’ajoute la prédation. Au moment de nos observations, nous avons pris en photo plusieurs oiseaux qui se gavaient tantôt des chenilles, tantôt des chrysalides. Lesdites photos ne constituent pas des chefs-d’œuvre, mais je les ai néanmoins intégrées à la présente chronique (voir la galerie photo ci-dessous). En particulier, on y voit un merle d’Amérique avec une chrysalide au bec (notez qu’il y a une autre chrysalide qui pend au-dessus de la tête de ce dernier), ainsi qu’un junco ardoisé dont le bec est chargé de chenilles. Malheureusement, ces prédateurs ne sont pas suffisants pour réduire significativement les populations épidémiques, mais il n’en demeure pas moins qu’ils profitent de cette manne… ou de ces lépidoptères, si vous préférez!

Ce spécimen était parasité (notez le petit œuf ovale au milieu de l’abdomen)

Autre fait intéressant : la TBE serait victime d’une guêpe parasitoïde de la famille des Ichneumonidae : Glypta fumiferanae. Cela répond à l’une de mes interrogations : sur la toute première photo que j’ai prise, je notais la présence d’un œuf ovale et blanc en plein centre de « ma » chenille. Visiblement, elle était parasitée, mais par qui? Voilà maintenant chose connue! [ERRATUM : Un lecteur averti de DocBébitte m’a signalé que l’œuf photographié sur la chenille en serait un appartenant à la mouche Smidtia fumiferanae, plutôt qu’à la guêpe Glypta fumiferanae. Je le remercie pour sa vigilance!]

Pour terminer, pourquoi parler de tordeuse des bourgeons de l’épinette si cette dernière préfère les sapins? Il semble que cela remonte aux premières activités d’exploitation forestière qui s’intéressaient davantage aux épinettes : on ne remarquait alors pas que la tordeuse faisait aussi – et encore davantage – perdre la tête aux pousses de sapins!

Galerie photo

Autre tordeuse dans son abri
Dommages causés par la tordeuse
Junco ardoisé, le bec remplit de chenilles
Merle d’Amérique se gavant de chrysalides

Pour en savoir plus